Navigation







Compositeurs - Chefs d’orchestres - Organistes

BÜSSER Paul Henri (1872-1973)

12eme division
dimanche 24 janvier 2010.
 

Compositeur et chef d’orchestre

Henri-Paul Büsser, né à Toulouse le 16 janvier 1872 de Fritz Büsser, lui même chanteur lyrique, d’origine allemande, et Cécile Dardignac, d’une famille toulousaine et ariégeoise, et mort à Paris le 30 décembre 1973, est un organiste, compositeur et chef d’orchestre français.

Organiste de formation, il fut à Toulouse, l’élève d’Aloys Kunc. Il étudia ensuite au Conservatoire de Paris avec César Franck, Charles-Marie Widor et surtout Charles Gounod auquel il consacrera un livre de souvenirs. Il remporta le Prix de Rome en 1893. Il fut titulaire du Grand Orgue de l’église Sainte-Marie des Batignolles de Paris, puis de celui de Saint-Cloud, et suppléa entre 1916 et 1918, Louis Vierne au grand orgue de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Il fut chef d’orchestre au Théâtre du Château d’eau, à l’Opéra-Comique et à l’Opéra Garnier. Il fut professeur de composition au Conservatoire de 1930 à 1948, et compta parmi ses élèves Henri Dutilleux et Tomojirô Ikenouchi.

Il composa plusieurs opéras, un ballet, six messes, des poèmes symphoniques, et de nombreuses pièces pour orgue et pour piano.

On lui doit aussi en 1939 l’édition critique de Mireille de Charles Gounod, dont la partition originale avait été égarée. L’édition Büsser est depuis ce jour la seule conforme aux intentions du compositeur.

Il épousa en 1958, alors âgé de 84 ans, la cantatrice et professeur au Conservatoire national supérieur de musique Yvonne Gall (1885-1972).

Élu en 1938, membre de l’Institut, au fauteuil de Gabriel Pierné, il y siéga jusqu’à un âge très avancé, puisqu’il mourut centenaire.

Distinctions :

Prix de Rome

Commandeur de la Légion d’honneur

Œuvres principales :

Daphnis et Chloé, 1897. Le Miracle de perles, 1898. Orchestration de la Petite suite pour piano à quatre mains de Claude Debussy, première audition le 4 novembre 1907 sous la direction de Camille Chevillard. Colomba, 1921. Les Noces corinthiennes, 1922. La Pie borgne, 1927. Rhapsodie Arménienne, 1930. Le Carrosse du Saint-Sacrement, 1948. Roxelane, 1948. Diafoirus 60, 1963. La Vénus d’Ille, 1964.

Œuvres écrites : De Pelléas aux Indes galantes - De la flûte au tambour (mémoires), 1955. Charles Gounod, Eise, Lyon, 1961.

Sources :Pierre-Eugène Clairin : Hommage au maître Henri Busser à l’occasion de son centième anniversaire. Paris, Typ. de Firmin-Didot, 1972.