Navigation







Actrices - Arts de la scène et de l’écran

MARQUET Marie (1895-1979)

23eme division
samedi 16 janvier 2010.
 

Actrice française

Mary Marquet, (Micheline Marguerite Delphine Marquet) était une actrice française, née le 14 avril 1895 à Saint-Pétersbourg et décédée le 29 août 1979 à Paris XVIIIéme arrondissement.

Mary Marquet est issue d’une famille d’artistes, ses parents sont comédiens, une de ses tantes est danseuse étoile à l’Opéra de Paris, une autre officiait à la Comédie Française.

Elle entre en 1913 au Conservatoire national supérieur d’art dramatique et suit les cours de Paul Mounet. Elle échoue aux examens de sortie, mais est aussitôt engagée dans la troupe de Sarah Bernhardt, cette dernière étant une grande amie de la famille. Elle jouera à ses côtés dans La cathédrale d’Eugène Morand.

Elle connaît ensuite la consécration avec son rôle dans L’Aiglon d’Edmond Rostand, dont elle fut la maîtresse de 1915 à sa mort (1918).

Elle débute au cinéma en 1914, dans un film muet resté inachevé, Les Frères ennemis.

Après la Première Guerre mondiale, elle entre en 1923 à la Comédie Française, où elle restera plus de vingt ans, avant de passer au boulevard.

Son premier grand rôle au cinéma est dans une réalisation de Léonce Perret, en 1932, Sapho.

Au moment de la Libération, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Mary est arrêtée, et elle est envoyée à Drancy puis à Fresnes, à cause de prétendues relations avec l’ennemi.

Elle est ensuite relâchée, faute de preuves.

Dans les années 1950, elle se tourne vers le récital poétique. Elle y remporte un franc succès, puis débute une carrière dans les cabarets branchés de Paris. Elle tourne également pour l’ORTF, quelques Maigret, dans Les Cinq Dernières Minutes, Les Saintes chéries ou encore dans l’adaptation télévisée du roman de Stendhal, Lucien Leuwen.

Parmi ses films les plus réussis, nous retiendrons, ses rôles dans, Landru en 1962, de Claude Chabrol, La Grande vadrouille en 1966 de Gérard Oury, Casanova en 1975 de Federico Fellini. Elle tourna au total une quarantaine de films.

Du côté sentimental, elle eut une vie assez bien remplie.

Elle eut comme premier amant, Edmond Rostand vers 1915 ; ils vivront trois ans de passion.

Elle épouse plus tard Maurice Escande, futur administrateur de l’illustre maison de Molière, en divorce en 1921, avant de rencontrer Firmin Gémier, avec lequel elle vit une nouvelle passion. Le directeur du tout nouveau TNP est cependant marié.

En 1922, Mary donne le jour à un fils, François. Gémier est le plus heureux des hommes, sa femme, la comédienne Andrée Mégard, n’ayant jamais pu lui donner d’enfant.

Malheureusement, son fils François est arrêté et déporté pour faits de résistance en 1943. Atteint d’une septicémie foudroyante, il meurt à 21 ans au camp de concentration de Buchenwald.

Après la disparition de Gémier en 1933, Mary Marquet se remarie avec Victor Francen, puis devient la maîtresse quasi officielle du Président du Conseil de l’époque, André Tardieu.

Cette comédienne, qui mesurait 1m81, au fort tempérament, s’éteint d’une crise cardiaque, dans son appartement de la rue Carpeaux, à quatre-vingt-cinq ans.

Elle est inhumée au Cimetière Montmartre, où une amie fidèle l’accompagne jusqu’au bout : la princesse Grace de Monaco.