Navigation







Hommes politiques - Représentants du Peuple - Députés - Sénateurs

SEE Camille (1847-1919)

3eme division
vendredi 15 janvier 2010.
 

Homme politique

Camille Sée voit le jour à Colmar (Haut-Rhin) le 10 mars 1847, neveu et gendre du docteur Germain Sée, étudia le droit à Strasbourg, se fit inscrire au barreau de Paris, et en 1869, devint secrétaire de M. Groualle, avocat au conseil d’Etat et à la cour de Cassation.

Député de 1876 à 1881.

D’opinions républicaines modérées, il fut nommé secrétaire général du ministère de l’Intérieur le 10 septembre 1870, put sauvegarder le ministère pendant la journée du 31 octobre, fut félicité officiellement par le ministre, M. Ernest Picard, et quitta ce poste le 18 février 1871.

Nommé sous-préfet de Saint-Denis le 15 juin 1872, il envoya sa démission à l’époque de la chute de Thiers (24 mai 1873). Elu, le 23 avril 1876, au second tour, député du 1er arrondissement de Saint-Denis, en remplacement de Louis Blanc, qui avait opté pour le 5e arrondissement de Paris. Il prit place à la gauche républicaine, qui le fit entrer dans son bureau, et fut l’un des 363 députés qui, au 16 mai, refusèrent le vote de confiance au ministère de Broglie.

Réélu le 14 octobre 1877, il devint secrétaire de la Chambre et membre de plusieurs commissions et déposa, le 28 octobre 1878, une proposition de loi sur l’enseignement supérieur des jeunes filles, dont Broca fut le rapporteur au sénat, en juin 1880 ; il déposa aussi (mai 1880) une proposition de loi sur la capacité civile de la femme.

Il échoua aux élections du 4 septembre 1881, et reprit alors sa place au barreau.

Entré au Conseil d’Etat en 1881, Camille Sée était l’auteur de la loi du 14 décembre 1880 portant son nom, qui créait l’enseignement secondaire pour les jeunes filles ; il ne cessa de veiller à sa diffusion et à son application, fondant même et dirigeant une revue dans ce but.

Il était officier de la Légion d’honneur.

Il mourut le 20 janvier 1919 en son domicile parisien des Champs-Elysées à l’âge de 71 ans.

Sources : Dictionnaire des parlementaires français - Site du Sénat et divers.