Navigation







Ecrivains - Littérateurs - Publicistes

VILLERME Louis René (1782-1863)

51eme division (1ere ligne, R, 15)
jeudi 24 décembre 2009.
 

Publiciste et économiste

Louis-René Villermé voit le jour le 10 mars 1782. Décédé le 6 novembre 1863.

Villermé eut tout d’abord une vie d’aventure.

Des années napoléoniennes, Il ne voyait pas la gloire, mais la misère, ce chirurgien sous-aide (1802-1806), aide-major (1806-1813), puis major, en 1814, avant d’être licencié après l’abdication de l’Empereur.

C’est en 1818 qu’il abandonna la médecine pour se consacrer à la rédaction d’une série de mémoires sur la famine et la guerre, la santé des forçats, le régime des prisons, la mortalité à Paris - en savant, certes, mais aussi en véritable sociologue.

Il est élu membre de l’Académie de médecine en 1823 et de l’Académie des sciences morales et politiques en 1832.

Villermé publia, en 1840, les deux volumes de son oeuvre majeure, Tableau physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie .

C’est certainement grâce au cri d’alarme poussé par Villermé, mais aussi par l’ Académie des sciences qui, dans ses séances (il suffit de se reporter aux procès-verbaux du temps pour s’en convaincre) mettait alors au premier rang des communications les questions d’actualité sociale, que fut votée la loi de 1841 réglementant quelque peu le travail des enfants.

Au plan scientifique, le travail de Villermé demeure, aujourd’hui encore, un modèle pour l’étude des grands groupes sociaux.

Publications :

De la santé des anciens ouvriers employés dans les fabriques (s.d.). Des épidémies sous les rapports de l’hygiène publique (s.d.). Des sociétés de prévoyance ou de secours mutuels (s.d.) . Mémoire sur la taille de l’homme en France (s.d.). Note sur la mortalité parmi les forçats du bagne (s.d.). Note sur les ravages du choléra morbus dans les maisons (s.d.). Sur la durée moyenne des maladies aux différens âges (s.d.). Des prisons telles qu’elles sont et telles qu’elles devraient être : par rapport à l’hygiène, à la morale et à la morale politique (1820). De la mortalité dans les divers quartiers de la ville de Paris (1830). Mémoire sur la distribution de la population française (1837).De la mortalité des enfants trouvés (1838). Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie (2 volumes, 1840). Des associations ouvrières (1849). Sur les cités ouvrières (1850).

L. R. Villermé repose dans la 51e division.