Navigation







Médecins - Chirurgiens - Hommes de l’Art

CHAUVOT DE BEAUCHENE Edmé Pierre, de (1780-1824)

17eme division (3eme ligne, U, 25)
dimanche 20 décembre 2009.
 

Chirurgien du Roi Charles X

Edme-Pierre Chauvot de Beauchêne, voit le jour le 3 mars 1749 à Villefranche (Yonne)

Décédé le 24 décembre 1824 à Paris

Médecin français passé à la postérité pour ses études pionnières sur l’hystérie.

Fils d’un négociant en bois, il effectue ses études secondaires au collège du Plessis, puis après un essai de courte durée à la Faculté de médecine de Montpellier, il s’engage durant quelques années dans la gendarmerie, en qualité de maréchal-des-logis à Lunéville.

À la mort de son père, sa mère le rappelle et il reprend ses études de médecine à Montpellier, obtient le diplôme de médecin et achète une charge de médecin dans la maison du comte d’Artois, futur roi Charles X. Il est membre de l’Académie de Médecine et s’intéresse aux maladies nerveuses, publiant en 1783 un essai intitulé De L’Influence des affections de l’âme dans les maladies nerveuses des femmes.

Dans la deuxième moitié des années 1780, il est nommé médecin de l’hôpital militaire du Gros-Caillou (ou des Gardes françaises, 106 rue Saint-Dominique à Paris).

En 1791, il émigre et rejoint le comte d’Artois à Coblence puis choisit de rentrer en France et se retire dans sa propriété de Sens.

À la Restauration, il reprend son exercice auprès de Charles X, comme médecin consultant.

Il est chevalier de la Légion d’honneur en 1820. Edmé François Pierre Chauvot de Beauchêne voit le jour en 1780.

Docteur en médecine, membre de l’académie de Médecine.

Chhirur

Il meurt des suites d’une lithiase urinaire.

Beauchêne aurait donné la première description du Syndrome de Kleine-Levin.

Citations :

« La santé est le trésor le plus précieux et le plus facile à perdre ; c’est cependant le plus mal gardé. »

« Les nobles sont comme les livres : il en est beaucoup qui ne brillent que par leurs titres. »

« Le temps est la seule richesse dont on puisse être avare sans déshonneur. »

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages médicaux.

Il repose dans la 17eme division.

Sources : Wikipédia/ Didier Muller

Photos : Wikimédia Commons

(APPL - Mise à jour 2019)