Navigation







Peintres et Dessinateurs

BONHEUR Marie-Rosalie dite Rosa (1822-1899)

74eme division (2eme ligne)
samedi 5 novembre 2005.
 

L’animal en majesté

Marie Rosalie Bonheur dite Rosa, est née dans le quartier de Saint-Seurin (Inclus dans Bordeaux de nos jours) le 16 mars 1822.

Elle est l’aînée de Raymond Bonheur et de Sophie Marquis. Son père est peintre. Elle passera une enfance heureuse entre Bordeaux et Quinsac (au château de Grimont, chez son grand-père adoptif). Sa mère enseignait la musique, son père, le dessin. Elle exprime très tôt la virilité de son caractère, en vrai garçon manqué.

La famille déménage à Paris en 1830. Son père, idéaliste socialiste, étant rentré chez les Saints-Simoniens, c’est sa mère qui prend alors en charge la famille, avant de décéder en 1833.

Rosa, contre l’avis de son père, veut se consacrer à l’art, et tout particulièrement à la représentation des animaux, sa véritable passion...

Son père accepte finalement de lui donner ses premières leçons de dessin, de peinture et de sculpture. Il sera d’ailleurs, son seul professeur.

Il lui fait lire de nombreux ouvrages, dont ceux de Lammenais, qui croit en l’existence d’une âme chez les animaux. Cela se traduira dans toutes les futures oeuvres de Rosa par une attention extrême portée au regard des animaux.

En 1837, un certain monsieur Micas lui commande un portrait de sa fille Nathalie, de santé précaire. C’est une rencontre magique pour les deux fillettes ; elles ne seront séparées que par la mort de Nathalie en 1889.

Transgressant les interdits et les mœurs de son époque, elle mena une existence à contre courant des conventions sans jamais faire scandale. Et son immense talent lui fit pardonner sa vie personnelle.

En privé ou à la campagne,elle s’habille en homme,ayant obtenu l’autorisation officielle de se "travestir" (soit disant pour raison de santé). Autorisation assez rare et renouvelable tous les six mois (Nathalie en avait également une).

Autorisation de se travestir pour "raisons de santé"

Mais si son comportement est certes celui d’un homme pour l’époque (elle fume des Havanes et monte à cheval comme un garçon), elle ne veut pas choquer et lors de ses sorties dans le monde ou sur ses portraits "officiels", elle porte toujours une robe.

En 1860,abandonnant la vie parisienne, elle s’installe avec Nathalie Micas et sa mère, à By (Thomery), près de Fontainebleau, dans une grosse propriété/château, entourée de toutes sortes d’animaux.

Atelier de Rosa Bonheur à By

C’est là que l’impératrice Eugénie lui rend visite à en 1864 et l’invite à déjeuner au château de Fontainebleau avec l’Empereur Napoléon III.

C’est aussi l’Impératrice qui la décorera, l’année suivante (1865), de l’insigne de Chevalier de la Légion d’Honneur. C’est la première femme artiste à recevoir cette distinction. Rosa sera aussi la première femme à être élevée au grade d’Officier dans cet ordre en 1894.

En 1889, peu après la mort de Nathalie Micas, le colonel Cody, le légendaire Buffalo Bill, vient diriger à Paris un immense spectacle à l’occasion de l’Exposition Universelle (West Wild Show). Rosa et lui se rencontreront et elle fera son portrait à cheval.

Peu de temps après, une jeune peintre américaine, Anna Klumpke la visite. Elles resteront en contact pendant neuf années, avant qu’Anna Klumpke ne vienne vivre définitivement avec Rosa, de 1898 jusqu’à la mort de cette dernière, en 1899.

Anna sera la légataire universelle de Rosa et fera paraître ses mémoires en 1908.

Parmi ses oeuvres majeures on lui doit : Le Labourage Nivernais (1849 ; musée d’Orsay), sa première oeuvre importante et commande de l’état.

le Marché aux chevaux (1853 ; musée de New-York)

la Fenaison en Auvergne (1855 ; château de Fontainebleau) et l’immense Foulaison du blé en Camargue (quasi achevée en 1899 ; musée des beaux-arts de Bordeaux).

Rosa Bonheur fut membre de la SPA fondée en 1845, par le docteur Etienne Pariset.

Les oeuvres de Rosa Bonheur, conservées château de Fontainebleau dans deux salles dédiées jusqu’en 2014, sont désormais présentées dans le fumoir Napoléon III du château.

L’atelier-château de By, resté en l’état, ne se visite plus depuis juillet 2014

Rosa repose dans la sépulture de la famille Micas, avec Nathalie Micas et les parents de cette dernière, ainsi qu’avec Anna Klumpke (décédée en 1941), dont les cendres furent rapportées des Etats-Unis en 1948.

Un grand merci à Mathilde Huet (Service des musées de France) pour cet article revisité, consacré à cette grande et originale artiste que fut Rosa Bonheur...

(APPL 2016 - Mise à jour par Mathilde Huet)