Navigation







Musiciens - Compositeurs - Virtuoses - Concertistes

HAINL Georges François (1807-1873)

69eme division (1ere ligne, V, 7)
jeudi 17 décembre 2009.
 

Violoncelliste et chef d’orchestre

François George Hainl voit le jour à Issoire en 1807.

Violoncelliste, chef d’orchestre, compositeur.

Deux prisonniers de guerre autrichiens sont internés à Issoire après la prise de Landrocies en 1794, deux frères Georg et Franz Hainl. Ils s’établissent dans cette ville où ils exercent à la fois les professions de cordonniers, maître de musique et ménêtrier.

Georg épouse Marie Dumas ; leur fils François nait le 16 novembre 1807 mais passera à la postérité avec le prénom de Georges. Il mène une jeunesse d’apprenti musicien à la vie itinérante : il joue notamment du violon de village en village entre Issoire et Saint-Flour.

Abandonnant sa vie de bohème, il étudie probablement le violoncelle puisqu’il entre au Conservatoire en 1829 dans la classe de Louis Norblin où il obtient en 1830 le premier prix de violoncelle. Il fait une tournée de concerts en Belgique et en Hollande avec le pianiste et compositeur Théodore Doehler.

Il s’installe dans le Midi où il organise des fêtes musicales. Hainl collabore à de nombreux orchestres puis est nommé en 1840-41 chef de l’orchestre du Grand-Théâtre de Lyon où il demeure jusqu’en 1863. A cette date, il remplaçe Louis Dietsch à la direction de l’orchestre de l’Opéra, poste qu’il conserve jusqu’à sa mort.

Il dirige notamment les premières de l’Africaine de Meyerbeer, Don Carlos de Verdi et la version revue du Faust de Gounod. En 1863, il est élu chef de l’orchestre de la Société des concerts en remplacement de Théophile Tilmant démissionnaire.

En 1867, il dirige les concerts de l’Exposition universelle et, à partir de 1869, la musique de la Chapelle impériale. Sa santé déclinante l’amène à se démettre de ses fonctions.

Elu membre de l’Académie de Lyon en 1852, il laisse un texte pour la circonstance qui manifeste son vif intérêt pour la musique en province : Recherche sur la musique à Lyon, depuis 1713 jusqu’à 1852.

Son oeuvre de compositeur consiste en quelques pièces pour son instruments : Souvenirs du Bourbonnais, Fantaisie sur Guillaume Tell, Souvenirs du Mont-Dore, Souvenirs de Naples...

Il meurt le 2 juin 1873, à Paris d’une congestion cérébrale. Il repose dans la 69eme division.

Sources : La Mouche clermontoise, 6 Octobre 1867, F.-J. Fétis : « Hainl » dans Biographie universelle des musiciens...