Navigation







Représentants du Peuple - Députés - Sénateurs

CASENAVE Antoine (1763-1818)

50eme division (1ere ligne, P, 16)
jeudi 3 décembre 2009.
 

Député à la Convention

Antoine Casenave, chevalier, voit le jour le 9 septembre 1763 à Lambeye dans les Basses Pyrénées.

Il fut député de la Convention, député au Conseil des Cinq-cents, au corps législatif de l’An VIII à 1805, puis de 1810 à 1815, représentant à la Chambre des Cent-Jours.

Lors de la Révolution, il était substitut du procureur général au parlement de Pau.

Après 1789, il devint officier municipal, et administrateur de son département qui l’élut membre de la Convention (6 septembre 1792).

Il siégea à la droite de l’assemblée et vota contre la mort du Roi louis XVI.

Plus tard, il demanda la mise en accusation de Jean Paul Marat, il échappa aux proscriptions du 31 mai 1793 et sauva de l’échafaud Baraguay d’Hilliers, le général Kilmaine et quelques autres.

La Convention par Tellier

Après le 9 Thermidor, il est envoyé en mission dans la Seine-inférieure, il ordonna le désarmement de la population.

Il passa au Conseil des Cinq-Cents le 4 brumaire An IV. Casenave se montra favorable au coup d’état du 18 brumaire et fut nommé par Bonaparte, le 19, membre de la commission intermédiaire chargée d’établir la nouvelle constitution.

Député au Corps législatif dès son institution le 4 nivôse An VIII, il en devint secrétaire en 1800, et fut à nouveau appelé à faire partie de l’assemblée dont il devint le président.

Il cessa d’être député de 1805 à 1810. A la Restauration, il était encore en place. Il se prononça pour la liberté de la presse et pour le payement des dettes contractées par louis XVIII à l’étranger.

Antoine Casenave s’et éteint à Paris, le 16 avril 1818, il repose dans la 50eme division.