Navigation







Personnalités féminines - Egéries - Compagnes royales

DELACROIX Blanche, Caroline Lacroix dite (1883-1948)

94eme division (1ere ligne, AA, 6)
dimanche 11 octobre 2009.
 

Epouse de Léopold II de Belgique

Blanche Zélie Joséphine Delacroix, alias Caroline Lacroix voit le jour à Bucarest (Roumanie) le 13 mai 1883.

Léopold II, roi des belges, aurait rencontré Blanche Lacroix en 1899.

elle a seize ans, il en a soixante-cinq. Le roi n’a jamais aimé son épouse, la reine Marie-Henriette, une union arrangée par son père, Léopold 1er.

Obéissant et possédant au plus haut point le sens du devoir, il se consacra à faire quatre enfants à la pauvre Marie-Henriette. Leurs relations en restèrent là. Pour le reste Léopold se satisfait d’aventures mais quand il rencontre Blanche, son coeur endurcit fond.

Elle est si jeune, si blonde. Le vertueux va-t-il sombrer dans le libertinage ? Il se cache mais n’hésite pas. Blanche l’accompagne dans tous ses déplacements, bien qu’ils ne s’adressent jamais la parole en public, s’installent dans les mêmes hôtels mais font chambre à part, dînent ensemble mais chacun à sa table. Le Cap Ferrat, Léopold ne peut rêver mieux pour abriter ses amours coupables, loin des curieux. Il installe Blanche à Passable, dans l’ex-villa Vial, rebaptisée "Radiana", une demeure enfouie sous la végétation, une prison dorée avec vue sur mer où Blanche passe ses journées à attendre son royal amant qui lui interdit de se montrer ou de recevoir.

Chaque soir,le souverain, muni d’une lanterne sourde, suit un sentier dissimulé par les taillis. A la "Villa Radiana" il passe deux heures. Deux heures à jouer aux cartes, affirme Xavier Paoli, le commissaire délégué auprès des souverains pour leur sécurité. Aux cartes ? Peut-être, mais entre deux levées, Léopold trouve le moyen de faire deux enfants à Blanche : Lucien et Philippe. Tous deux sont déclarés de père inconnu.

Le Roi, amoureux fou de sa maitresse, la comble de cadeau, lui faisant cadeau du chateau de Balincourt dans le Val d’Oise et la villa des Cèdres au Cap-Ferrat.

Au grand scandale des belges et de la Cour, il la fait baronne de Vaughan.

Le souverain avait des manies assez peu répandues, il ne supportait pas un journal froissé ou avec des plis si infimes soient-ils, aussi, on lui repassait avec précaution ses journaux avant de lui donner. Pour ne pas indisposer sa belle, il emmaillotait sa belle barbe blanche pendant le trajet de sa villa à celle de Blanche, afin que la dame de ses pensées ne puisse être génée par la fraicheur et l’humidité de sa virile parure. Il appelait sa maîtresse : Trés-Belle.

Affaibli et au seuil de la mort, le Roi finit par l’épouser morganatiquement, cinq jours avant sa mort survenue en décembre 1909.

Aprés la mort du souverain, elle épouse Antoine Emmanuel Durieux qui reconnaitra ses deux enfants nés de sa liaison avec le Roi ( ?). Les titres de duc de Tervuren et de comte de Ravestein, avaient été donnés par le souverain aux enfants de Blanche par un décrèt royal qui n’a jamais été promulgué.

Blanche Delacroix s’est éteinte le 12 février 1948 à Cambo-les-Bains dans les Pyrénées Atlantiques.

Blanche DELACROIX a écrit ses mémoires :

"A 16 ans j’étais la maîtresse du Roi Léopold II" est un livre-document qui est les mémoires authentiques de la célèbre Baronne de Vaughan, la maîtresse du roi Léopold II.

Passionnant à découvrir le mode de vie de l’époque, et tous les aspects de cette relation tumultueuse. Ne raconte pas uniquement l’histoire connue, mais également la petite histoire de notre dynastie en ce temps-là, et de nombreuses anecdotes.

Illustré de photos en n&bl, dont certaines inédites.

Une page d’histoire inédite à découvrir !

(Ré-édité en 2004).

"Le terrible secret de Leopold II", article d’Eddy Przybylski publié le 19 août 2008 :

( Achetée par le milliardaire russe Michael Prokhorov, à la veuve d’un banquier suisse, Edmond Safra, la villa Leopolda de Villefranche-sur-Mer est devenue la propriété privée la plus chère du monde. Un demi-milliard d’euros pour ce domaine de 8 hectares, surplombant la mer, que le roi des Belges, Léopold II, avait acheté en 1900 pour un franc symbolique. Il n’y avait là qu’une terre de campagne. Léopold fit construire une villa constituée en réalité de plusieurs bâtisses. Le roi avait aussi fait planter dans le domaine 1.200 oliviers, cyprès, citronniers, orangers et pruniers. L’entretien quotidien du domaine est l’affaire de cinquante jardiniers. Si le roi, né en 1835, avait investi une telle fortune aussi loin de ses palais bruxellois, c’est parce qu’il était... amoureux. La belle, rencontrée un an plus tôt, en 1899, s’appelait Caroline Lacroix. Née en 1883. Elle n’avait que 16 ans ! Le roi, lui, 64 ans ! Pour la séduire, le roi la couvrit de cadeaux somptueux. Il lui offrit notamment le château de Ballincourt, à Arronville, dans le Val-d’Oise.

La propriété de Villefranche-sur-mer lui permettait de recevoir discrètement sa jeune maîtresse et d’éviter le scandale.

Le roi pensa d’ailleurs qu’un de serait mieux accroché à son nom. Un petit de n’était toutefois pas possible. Caroline Lacroix fut rebaptisée Blanche Delacroix et, dans l’intimité, le vieux Léopold l’appelait Très belle.

En septembre 1902 mourait la reine. La princesse Clémentine, la plus jeune des trois filles du roi, s’occupa alors de son père mais fut très perturbée par l’existence de cette maîtresse. Il y eut un conflit entre le père et la fille d’autant qu’en 1904, à Saint-Jean-Cap-Ferrat, à côté de Villefranche-sur-Mer, Léopold achetait pour sa protégée une autre propriété, la villa des Cèdres.

En 1906 et en 1907, Blanche donna naissance à deux fils, Lucien et Philippe, que le roi reconnut même s’il s’avéra qu’entre-temps, la Très belle avait succombé aux charmes d’un amant de son âge, Antoine Durrieux.

Le 14 décembre 1909, Léopold épousait même en secret Blanche Delacroix, qui devenait baronne de Vaughan. Mariage morganatique. C’est-à-dire que les enfants ne peuvent appartenir à la dynastie.

Le 17 décembre, trois jours après ce mariage, Léopold II était opéré et mourait des suites de cette intervention. Et en 1910, à peine quelques mois plus tard, Blanche épousait son amant de cœur, Antoine Durrieux, qui donnait son nom aux deux fils. Le cadet, fait comte de Tervueren, et né handicapé est mort en 1914, à l’âge de 7 ans. L’aîné, comte de Raversijde de Ravenstein, vécut jusqu’en 1984 mais sans descendance.

Blanche Delacroix repose dans la 94ème division.