Navigation







Compositeurs de musique - Musiciens - Virtuoses

JOLIVET André (1905-1974)

27eme division
mercredi 23 septembre 2009.
 

Compositeur de musique

Compositeur français André Jolivet voit le jour à Paris le 8 août 1905 et mort à Paris le 20 décembre 1974.

André Jolivet naît à Montmartre d’un père ingénieur et d’une mère pianiste. Très jeune, il est attiré par l’art : la peinture, le théâtre, la poésie le passionnent. Jolivet étudie la philosophie, rentre à l’École normale d’instituteurs de Paris, et s’oriente parralèlement vers la musique. Il apprend le violoncelle avec Louis Feuillard.

C’est l’abbé Théodas de la chorale Notre-Dame de Clignancourt qui l’initie aux techniques d’écriture et lui fait découvrir les polyphonies des XVIe et XVIIe siècles. Il est élève du peintre cubiste Georges Valmier qui lui fait rencontrer Paul Le Flem, travaille avec Le Flem l’écriture, l’analyse et la composition de 1927 à 1932. Avec Le Flem, Jolivet apprend la rigueur et la discipline de l’écriture, découvre Schönberg et Bartók, pour lequel il aura une constante admiration.

Plaque d’André Jolivet, située au 59 Rue de Varenne, 7e Arr. Paris

Il devient l’élève d’Edgard Varèse de 1930 à 1933 qui lui enseigne le son « matière » et bouleverse radicalement son approche de la musique. Jolivet dira plus tard de l’enseignement de Varèse : « Avant Varèse, j’écrivais avec des notes, après Varèse, je composais avec des sons ».

En 1935, le public le découvre grâce à Mana, recueil de six pièces pour piano, « la plus hardie de ses œuvres majeures », selon l’expression de Marc Honegger. Cette pièce, qui permet à Jolivet de s’imposer dans le milieu musical, avait notamment la faveur d’Olivier Messiaen qui lui consacra un article élogieux.

En 1936, avec Yves Baudrier, Jean Yves Daniel-Lesur et Olivier Messiaen, il crée « Jeune France », groupe destiné à promouvoir la nouvelle musique française et à réagir contre la musique abstraite et impersonnelle.

De 1945 à 1959, il est directeur musical de la Comédie-Française et écrit de nombreuses compositions de circonstance. En 1959, il fonde à Aix-en-Provence le Centre français d’humanisme musical, lieu estival dont la vocation était d’être un lieu de rencontre entre compositeurs, musiciens et étudiants. Cet espace connut un vif succès mais dû fermer en 1964, faute de personnels et de moyens appropriés.

Entre 1959 et 1962, il est conseiller technique à la direction des Arts et lettres. De 1966 à 1970, il est professeur de composition au Conservatoire de Paris.

Il était titulaire de la Légion d’Honneur

André Jolivet meurt brusquement en décembre 1974 à l’âge de 69 ans après avoir contracté une violente grippe. Il repose au cimetière parisien de Montmartre (Section 27 près d’ Henri Sauguet).

Sources : Wikipédia et divers.