Navigation







Révolution - Empire - Restauration

MONT SERRAZ Pierre, général comte (1758-1820)

41eme division (1ere ligne, N, 27, chemin des anglais)
samedi 22 août 2009.
 

Lieutenant général

Pierre-Francois Mont-Serraz, lieutenant-général français, né le 5 février 1758 au bourg de l’Hôpital, ancien département du Mont-Blanc.

Entré au service le 21 juillet 1791 dans le 3e bataillon des volontaires de Paris, il fut nommé capitaine à l’élection le 1er août suivant, et quatre jours après il remplissait les fonctions d’adjudant-major.

Redevenu lieutenant le 3 juillet 1792 dans le 12e bataillon de chasseurs, incorporé dans la 16e demi-brigade légère, il se signala à l’armée du Nord et fut nommé adjudant-major le 10 mars 1793.

Il se fit remarquer pendant les campagnes de l’armée du Rhin, de l’an II à l’an V, et parvint aux grades de capitaine et de chef de bataillon les 6 frimaire et 20 messidor an II.

Sa conduite aux affaires de Neubourg, de Rottwil, de Biberach, de Riégel et au passage du Rhin, le 1er floréal an V, lui mérita les éloges les plus flatteurs de la part des généraux Michaud, Pichegru et Moreau, sous les ordres desquels il avait combattu.

Passé en l’an VI à l’armée d’Helvétie, il déploya le plus grand courage à la prise de Sion, et reçut à ce sujet, le 9 prairial an VI, une lettre de félicitations du Directoire. Il fit partie des armées d’Italie et du corps d’observation du Midi, en l’an VII et en l’an VIII, et fut nommé colonel sur le champ de bataille le 25 prairial an VII.

Chargé de la première expédition de l’île d’Elbe, il s’empara avec 500 hommes, de la ville de Porto-Ferrajo, mit ensuite le siège devant Porto-Longone, défendu par une garnison napolitaine quatre fois plus nombreuse que les troupes mises à sa disposition, et qui capitula après quarante-cinq jours de bombardement ; il attaqua, peu de jours après, et s’empara de vive force d’un camp retranché de 18 000 hommes, qui furent repoussés avec perte de 18 canons, 6 mortiers, de toutes les munitions de guerre et de quelques centaines de prisonniers.

Il fut nommé membre de la Légion d’honneur le 19 frimaire an XII, officier de cet ordre le 25 prairial suivant, et électeur du département du Léman en l’an XIII.

Le colonel Mont-Serraz, qui avait continué ses services en Italie de l’an X à 1806, entra le 11 juillet de cette dernière année, avec l’agrément de l’Empereur, en qualité de colonel des grenadiers à pied dans la Garde royale de Naples. Il se distingua, en 1808, après la prise de l’île de Capri.

Peu de temps après, Murat lui confia le commandement de la place de Naples.

Après avoir obtenu, comme rémunération de ses services et de sa fidélité, le grade de lieutenant-général, il rentra en France, où il fut accueilli par Louis XVIII qui le nomma chevalier de Saint-Louis.

Le général Mont-Serraz est mort à Meudon le 27 septembre 1820. Il repose dans la 41e division.

Sources : « Pierre-Francois Mont-Serraz », dans Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer