Navigation







Serviteurs de la monarchie - Figures anecdotiques

ANTIER ou ANTIE Léonard (1740-1819)

Tombe disparue...
vendredi 21 août 2009.
 

Contrairement à une légende trés répandue Léonard Antié, coiffeur de la Reine Marie Antoinette de la comtesse Du Barry, ne périt pas sur l’échafaud.

Par contre, son frère, Jean-François Antié dit le jeune, fut guillotiné en 1794 et repose dans la fosse commune du cimetière de Picpus.

Coiffeur et serviteur

de la

Reine Marie Antoinette

Qui connaît Léonard, le coiffeur de Marie-Antoinette ? Sorti de l’oubli par le film Marie-Antoinette de Sofia Coppola, Léonard Antier (ou Antié) fut une véritable star de l’Ancien Régime.

Reposes t’il parmi les hôtes prestigieux du Père Lachaise ? beau coup tiennent la chose pour avérée et lui rendent de temps en temps, discrètement, une petite visite...

Léonard Antier n’a pas été seulement un grand coiffeur. Ami des arts, il ouvre, en 1788, avec le violoniste Viotti, le théâtre de Monsieur, frère du Roi.

Le Roi Louis XVI apprécie ses qualités de serviteur et d’ami fidèle. En 1790, au moment du fatal exode de la famille royale à Varennes, le souverain le dépêche comme courrier au marquis de Bouillé, commandant de Metz, pour l’avertir de sa fuite.

Notre coiffeur ne fut pas vraiment à la hauteur de sa mission, et le marquis de Boullié rebroussa chemin sans avoir lui non plus rempli son office...

Après la mort de Louis XVI et de Marie Antoinette, Léonard devient l’un de ces émigrés royalistes qui sillonnent l’Europe. A t’il été comme il le prétendra plus tard, agent du comte de Provence ?

Il ne reviendra à Paris, la ville de sa gloire, qu’en 1814, cinq ans avant sa mort survenue en 1819.

Son journal vient d’être réédité, ses souvenirs sont sans doute apocryphes, mais se lisent avec beaucoup de facilité et de plaisir.

Il aurait reposé dans la 39eme division, (sans réel fondement, ni précision)

F. T. Salomon dans son Recueil des sépultures au cimetière du Père Lachaise, le place dans la section n°6 et à la place n°21 du plan (sous toutes réserves).

Quoi qu’il en soit, la sépulture a disparu...