Navigation







Révolution - Empire - Restauration - Monarchie de juillet - Second Empire

BARROIS Pierre, général comte (1774-1860)

27eme division
vendredi 21 août 2009.
 

Général comte de l’Empire

Pierre Barrois, comte d’Empire, voit le jour le 30 octobre 1774 à Ligny-en-Barrois, Meuse et mort le 19 octobre 1860 à Villiers-sur-Orge, était un général d’Empire.

Son père était boulanger. Il servit dans l’armée du 12 septembre 1793 au 12 avril 1848. Entré au service le 12 septembre 1793 dans le bataillon des éclaireurs de la Meuse ; lieutenant le 12 septembre, même année ; commandant le même corps à la bataille de Wattignies.

Le bataillon de la Meuse, amalgamé avec les chasseurs des Cévennes, étant devenu le 9e régiment d’infanterie légère, il combattit dans les armées du Nord et Sambre et Meuse, à la 9e demi-brigade sous les ordres de Marceau puis sous les ordres du général Hoche. Barrois se trouva aux batailles de Fleurus, de la Roër. Il avait été nommé capitaine adjudant-major pendant le second blocus de Mayence.

Son régiment s’étant distingué à la bataille de Marengo, reçut le nom d’incomparable, que le premier consul fit inscrire sur son drapeau. Il fut envoyé en Vendée puis en Italie. Il fut ensuite muté au 96e régiment d’infanterie de ligne.

Le jeune Barrois, nommé colonel du 96e de ligne, se rendit au camp de Mont-Cenis, sous les ordres de Ney. Il y fut nommé officier de la Légion d’honneur et eut la croix de commandeur après la bataille d’Austerlitz.

Il participa au procès du duc d’Enghien. Il fut le seul à voter pour un sursis à son exécution.

Le 14 février 1807, le colonel Barrois fut promu au grade de général de brigade. Ses actions d’éclat se succédèrent, et après la bataille de Friedland, l’Empereur nomma les généraux de Barrois et Labruyère grands officiers de la Légion d’honneur. Un an après la paix de Tilsitt, sa division se rendit en Espagne. Le général Barrois se couvrit de gloire aux affaires d’Espinosa, du Somo-Sierra, d’Ucler, de Medellin, de Talavera, de Chiclana, et fut nommé général de division le 27 juin 1811.

Il quitta le commandement de cette division pour se rendre à Vilnius, où il arriva après la campagne ; on lui confia alors une division de la jeune garde, avec laquelle il se trouva à la bataille de Baützen, au combat de Reichenbach et de Gorlitz, et à la bataille de Dresde. Après s’être battu avec courage à Wachau (16 octobre) et à Leipzig, il fut chargé, avec la division Roguet, de faire l’arrière-garde de l’armée jusqu’au Rhin. Lorsque sa division repassa le Rhin, elle était réduite à 2 500 hommes. Il continua la campagne de Belgique avec le comte Maison, et eut une part active à la bataille de Courtrai, le 31 mars 1814.

Après l’abdication, le général Barrois se retira à la campagne. En mars 1815 il fut mis à la tête d’une division de six régiments. À Fleurus et à Waterloo, il commandait une division de la jeune garde. Il fut blessé à Waterloo à l’épaule gauche.

Il fut mis à la retraite, le 1er janvier 1825.

Il fait partie des 558 officiers à avoir son nom gravé sous l’Arc de triomphe de l’Étoile.

Grand officier le 11 juillet 1807 il fut promu Grand croix de la Légion d’honneur le 30 avril 1836.

Le général est décédé à Villiers sur Orge en 1860, il repose dans la 27e division.

Sources : « Pierre Barrois », dans Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, 1852.