Navigation







Musiciens - Compositeurs - Editeurs de musique

PRUMIER Ange Antoine Conrad (1820-1884)

9eme division
mercredi 19 août 2009.
 

Musicien français

Fils d’Antoine Prumier, Ange Antoine Conrad Prumier (1820-1884) fut formé à la harpe par son père et prit sa succession.

Dans son supplément, Fétis lui consacre la notice suivante :

PRUMIER (Ange-Conrad), artiste fort distingué, fils du précédent [Antoine Prumier], fut élève de son père au Conservatoire de Paris, où il remporta un second prix de harpe en 1836, et le premier prix en 1838.

Il obtint ensuite un accessit de fugue en 1840, et le premier prix en 1843. Après avoir été attaché pendant longtemps comme harpiste à l’orchestre de l’Opéra-Comique, il remplit aujourd’hui les mêmes fonctions à celui de l’Opéra.

Depuis 1870, M. Prumier a succédé à Labarre comme professeur de harpe au Conservatoire.

Parmi les compositions de cet artiste, je signalerai les suivantes :

Solo de harpe (écrit pour le concours de 1839), Paris, Schonenberger ;

Solo de harpe (écrit pour le concours de 1843), id., Challiot ;

Etudes spéciales pour la harpe, id., Brandus ;

Souvenirs de New- York, id., Schonenberger ;

Nocturne pour cor et harpe, id., id. ;

O Salutaris, Agnus Dei, pour ténor, id., Canaux ;

Ave verum, id., id. ;

Tantum ergo, pour ténor, id., id. ;

O Salutaris, pour ténor et basse, id., id, ;

le Son du cor, romance pour ténor avec cor obligé ;

Nocturne pour cor et harpe, Paris, Schonenberger ;

Offertoire pour musique militaire, Paris, Gautrot ;

les Quatre Fils Aymon, marche ;

les Trois Nicolas, fantaisie pour musique militaire, Paris, Goumas, etc.

Selon Christine Naslin-Gaudin dans son article harpe pour l’Encyclopédie de la Franc-maçonnerie par divers auteurs sous la direction d’Eric Saunier (Pochothèque, 2000), Antoine Ange, harpiste de l’Opéra, appartint [comme son père] aux Frères Unis Inséparables ; initié en 1839, maître en 1844, et Rose Croix en 1846, il y travailla jusqu’en 1872.

Sépulture de la famille Prumier.

Belle stèle en ogive avec plaque de marbre gravée avec motif.

Louise Pauline Prumier, née le 4 octobre 1805 et décédée le 25 octobre 1873.

Inscription :

Elle réunissait esprit et modestie.

Connaissance. Talens acquis sans nul effort.

Elle fut de son frère et l’élève et l’amie.

De ce frère. passants ! plaignez le triste sort.