Navigation







Littérateurs - Vaudevillistes - Journalistes

MONNAIS Guillaume Edouard (1798-1868)

55eme division (1ere ligne, U, 16)
dimanche 2 août 2009.
 

Commissaire des théâtres lyriques

Désiré-Guillaume-Édouard Monnais, voit le jour à Paris en 1798.

Vaudevilliste , journaliste, critique théâtral.

D’abord avocat au barreau de Paris, il se tourne vers la littérature et le journalisme avant d’obtenir en 1836 un poste au ministère de l’intérieur où il devient en 1838 commissaire des théâtres lyriques.

Il a écrit notamment dans la Revue et gazette musicale de Paris,et dans le Courrier français (journal) où il qualifié les œuvres de Balzac de poèmes en prose[1].

De 1839 à 1847, il est co-directeur de l’Opéra national de Paris avec Henri Duponchel, puis commissaire des théâtres. Il a écrit parfois sous le pseudonyme de Paul Smith.

Œuvres de E. Monnais : La Première clause ou le jeune avocat, comédie-vaudeville en un acte, représentée au le Théâtre de madame, le 5 novembre 1829.

La demande en mariage ou le Jésuite retourné, comédie-vaudeville en un acte.

Les Trois Catherine, opéra comique en trois actes ( Edouard Monnais et Duport), 26 juillet 1830, Théâtre des Nouveautés.

L’Anneau ou Départ et retour, comédie-vaudeville en deux actes, Théâtre de l’Ambigu-Comique, 1832.

Traductions de l’allemand : Mimili ou Souvenirs d’un officier français dans une vallée suisse, 1827.

Esquisses de la vie d’artiste 1844.

Sept notes de la gamme, (roman) 1848.

Edouard Monnais s’est éteint à Paris en 1868. Il repose dans la 55e division, sa spulture est ornée d’un médaillon en marbre, oeuvre du sculpteur Jouffroy. Monument élevé par sa famille et ses amis.