Navigation







Révolution - Empire - Restauration

HUGO Sophie, née TREBUCHET (1780-1821)

27eme division (1ere ligne)
lundi 27 juillet 2009.
 

Mère de Victor Hugo, épouse du général

Sophie Trébuchet, voit le jour le 19 juin 1772 à Nantes.

Epouse du général Joseph Léopold Sigisbert Hugo et mère de Victor Hugo.

Originaire de la bourgeoisie nantaise, ses parents décèdent jeunes et laissent leurs enfants à des proches. Sophie Trébuchet partage donc sa jeunesse entre sa ville natale et Châteaubriant, avec une des ses tantes.

Alors que la Révolution française ensanglante Nantes, elle rencontre en 1796 à Châteaubriant son mari, soldat républicain. Sophie décide de le suivre à Paris, puis dans sa famille, à Lunéville, ou encore à Bastia et à Besançon, où Joseph Hugo est successivement nommé. C’est au cours de ses déplacements qu’elle met au monde ses trois fils, Abel, Eugène et Victor, de 1798 à 1802.

Sophie Trébuchet décide ensuite de rester à Paris, où elle vit avec un ancien camarade de son mari, Victor Fanneau de Lahorie et côtoie la famille Fouché. Lorsque Victor Fanneau est arrêté après avoir été impliqué à tort dans la conspiration du général Malet, Sophie traverse l’Espagne, en pleine guerre, et arrive à Madrid où vit son mari. Ce dernier, devenu comte, fait passer sa maîtresse pour son épouse et demande le divorce de Sophie, qu’elle refuse pour conserver sa pension. Finalement Sophie regagne Paris avec ses enfants, où Victor Fanneau de Lahorie est exécuté en 1812.

Sophie Trébuchet passe les dernières années de sa vie à Paris avec ses enfants et encourage ces derniers dans leurs études. Impressionnée par les talents de Victor, elle lui inspire quelques-uns de ses premiers poèmes.

En janvier 1821, Abel trouve un logement, rue des Mézières. L’appartement, qui comporte un jardin, est délabré et toute la famille travaille à sa rénovation. Ensuite, Sophie entreprend de jardiner, mais le froid aggrave sa fatigue et la rend bientôt malade. Sophie Trébuchet décède dans son lit le 24 juin 1821, au cours de l’après-midi.

Elle est enterrée le 28 juin 1821 au cimetière de Vaugirard ; beaucoup plus tard, Victor fera transférer ses restes au Père-Lachaise, où elle repose sous le nom de "Comtesse Hugo".

Sources : Sophie Trébuchet, Geneviève Dormann, et divers.

Gravure : Carte postale, Paris 1909 (Coll. particulière)