Navigation







Révolution - Empire - Restauration - Monarchie de juillet

SALVAING de BOISSIEU jean Joseph, baron (1755-1846)

13eme division (4eme ligne, X, 23)
vendredi 17 juillet 2009.
 

Ingénieur du génie maritime

Jean Joseph Perrin (Salvaing) de Boissieu voit le jour le 27 août 1755 à Rochefort. (Charentes maritimes)

Jean-Joseph Perrin de Boissieux, puis appelé de Salvaing de Boissieux, baron de Boissieu, ingénieur du génie maritime, puis ingénieur en chef des constructions navales, directeur du génie maritime.

Officier de la Légion d’Honneur,

chevalier de Saint-Louis.

Il fut le premier de sa famille qui entreprit de se rattacher aux Salvaing de Boissieu. S’il avait pris ce nom dès 1802 en déclarant à la mairie de Lorient le premier né de ses fils, il n’osa pas le présenter devant le conseil du sceau en 1821, lors de la délivrance des lettres de baron héréditaire qui lui furent accordées ; mais une demande qu’il adresse au roi à cette même époque, pour solliciter la décoration de l’Ordre de Saint-Michel (Archives nationales, cabinet du roi, 0, 3, p. 818), il fait valoir seulement qu’il est neveu du général de Boissieu, qui commandait aux Tuileries le 10 août 1792 et qui fut tué à Quiberon à la tête des grenadiers royaux. Or, cette parenté ne paraît pas plus exacte que la première.

Le roi Louis XVIII le créa baron héréditaire par lettres de patentes du 22 novembre 1821, sous le nom de Boissieu et lui accorda sur sa demande les armes suivantes : d’or, à l’aigle éployé de sable, becqué, membré et diadémé de gueules, et soutenu d’une rose, tigée et feuillée au naturel et mouvant de la pointe ; à la bordure d’azur.

Il épousa à Paris, le 18 juillet 1801, Elisabeth Suzanne Homberg, décédée à Saint-Germain-en-Laye le 13 juin 1823, dont il eut cinq enfants, qui furent enregistrés sous le nom de Salvaing de Boissieu.

Le baron s’est éteint à Paris le 7 février 1846.

Il repose dans la 13e division.

(APPL 2016)