Navigation







Révolution - Empire - Restauration

ARBERG Charles Philippe Alexandre comte d’ (1776-1814) (8)

8eme division (1ere ligne)
vendredi 17 juillet 2009.
 

Gouverneur de Valencay

Charles d’Arberg de Valangin et du Saint-Empire voit le jour en 1776.

Après s’être illustré à Tilsitt, il devint l’un des familiers de l’empereur. Décrit comme l’un « des plus élégants et des plus aimables », il fut chargé de missions délicates dont la dernière fut d’assumer les fonctions de préfet de la ville rebelle de Brême.

Il fut charger de la garde du Roi d’espagne et de sa famille pendant leur exil forcé au chateau de Valencay au titre de gouverneur.Il conserva son poste jusqu’au début de 1810. Il sera remplacé par Pierre Berthémy, un des officiers d’ordonnance de l’Empereur

Le gouverneur du château était naturellement chargé d’informer le ministre Talleyrand. Il mourut prématurément à Bruxelles avant d’avoir eu le temps de légitimer ses deux fils naturels.

Deux de ses sœurs devinrent dames d’honneur de Joséphine et épousèrent - avec une dot de l’empereur - des personnalités de l’Empire : le comte Dominique Klein (1762-1845), général puis, sous la Restauration, pair de France et le valeureux général comte Georges Mouton de Lobeau (1770-1838), dont Napoléon disait : « Mon mouton est un lion », qui, chef de la garde nationale de Paris, entra dans la légende en 1831 en dispersant une manifestation - la première fois dans l’histoire - à l’aide de pompes à incendie.

Officier de la Légion d’Honneur et grand croix de l’ordre .....

Le comte d’Arberg mourut à Bruxelles en 1814.

La sépulture, proche de celle du général Klein est un cénotaphe.