Navigation







Arts du Cirque - Arts de la scène - Arts du spectacle

ASTLEY Philippe (1742-1814) (7)

7eme division (Tombe disparue ?)
vendredi 10 juillet 2009.
 

Célèbre écuyer

Philip Astley voit le jour le 8 janvier 1742.

Célèbre écuyer anglais qui fonda au XVIIIe siècle le cirque moderne en donnant une place prépondérante au dressage équestre dans son spectacle.

Philippe Astley, né en 1742 à Newcastle under Lyne, a d’abord été soldat dans un régiment de cavalerie légère où il s’était fait remarquer comme un bon cavalier.

Après avoir ouvert un théâtre d’exercices équestres et de jeux d’adresse à Londres, il vint s’établir à Paris en 1774, rue des Vieilles Tuileries, dans le manège de Razade, écuyer du roi de Sardaigne.

En avril 1782, il acquit un vaste terrain à l’entrée du Faubourg du Temple et ouvrit, le 16 octobre 1783, une salle ronde comportant deux rangées de loges, éclairées par 2000 bougies et où l’on voyait, durant les mois d’octobre à janvier, des exercices de manège ainsi que des tours surprenants de force et de souplesse tant sérieux que comiques.

Les deux principaux acteurs étaient Astley père, « le plus bel homme d’Europe », et son fils âgé de 17 ans qui « avec des grâces et une vigueur capable d’enchanter le beau sexe », exécutait sur des chevaux courant au grand galop le menuet de Devonshire composé et dansé en 1781 à Londres par le grand Vestris.

On y admirait encore le cheval qui rapporte ; le cheval qui s’assied comme un chien ; le combat du tailleur anglais et de son cheval ; un équilibriste sur le fil d’archal, nommé Sanders, un Paillasse d’une agilité merveilleuse, et enfin une petite fille de quarante mois qui touchait du piano-forte.

Les places coûtaient 3 livres aux premières loges et 1 livre 10 sol aux secondes et 12 au parterre.

L’année suivante, ce manège ferma, rouvrit en 1785 pour refermer encore et rouvrir le 29 septembre 1788 avec Astley fils pour directeur. Le 30 novembre suivant, il s’adjoignit Franconi père et sa troupe et ils donnèrent des représentations jusqu’au 3 février 1789.

Il mourut à Paris le 27 janvier 1814, et fut enterré au cimetière du Père-Lachaise dans la 7e division. Sa tombe a, semble t-il, disparu.