Navigation







Sciences et Techniques

ARAGO Dominique "François" (1786-1853) (4)

4ème division (1ere ligne, AD, 17)
jeudi 15 septembre 2005.
 

Astronome

Fils d’un trésorier de la monnaie, François Arago naquit en 1786 à estagel, dans les Pyrénées-Orientales. Il passa un an à l’Ecole polytechnique (1793-94) puis devint secrétaire du bureau des Longitudes. Afin d’achever la mesure de la méridienne, il partit pour l’Espagne en 1806 d’où il ne revint qu’en 1809, après avoir été emprisonné par les Espagnols l’ayant pris pour un espion. A son retour, il fut nommé professeur à Polytechnique. Il devint directeur de l’Observatoire de Paris en 1830.

Parallèlement à sa carrière de physicien et astronome, il entama une carrière politique : député des Pyrénées, membre du conseil municipal de Paris, il appartint à l’opposition d’extrême gauche. En 1848, il fut membre du gouvernement provisoire comme ministre de la Guerre et de la Marine. Il signa alors l’acte d’abolition de l’esclavage. Il abandonna la politique après le coup d’Etat de Napoléon III.

En tant que scientifique, ses réalisations sont importantes : il fit triompher la théorie d’ondulation de la lumière, découvrit la polarisation colorée, complèta les travaux d’Ampère sur les rapports du magnétisme et de l’électricité et découvrit en 1824 le magnétisme par rotation. Il fut en outre un excellent vulgarisateur, donnant des cours populaires d’astronomie.

Il repose avec son fils Emmanuel sous un tombeau de Félix Duban, surmonté d’un buste de David d’Angers.