Navigation







Sciences et techniques - Phonétique expérimentale

ROUSSELOT Jean, abbé (1846-1924)

86eme division
mercredi 11 mars 2009.
 

Créateur de la phonétique

Jean Rousselot est un phonéticien et dialectologue français, né 14 octobre 1846 à Saint-Claud (Charente) et mort le 16 décembre 1924 à Paris.

Jean est son prénom d’état civil et Pierre pour sa famille (apparaissent ainsi les dénominations de Jean-Pierre, Pierre-Jean et dans certains cas Pierre ou Jean). Lui-même signe ses publications sous le nom de L’abbé Rousselot ou de L’abbé P.-J. Rousselot .

L’abbé Rousselot est considéré comme le fondateur de la phonétique expérimentale tant en recherche fondamentale qu’en recherche appliquée. Il a proposé d’étudier les modifications phonétiques des parlers par une méthode expérimentale et d’en induire les lois phonétiques des changements en cours et plus généralement les processus analysés jusque-là par la linguistique historique. Les deux volumes des Principes de Phonétique Expérimentale qui sont publiés en 1897 et 1901 marquent le tournant d’une véritable réarticulation scientifique : la phonétique, après la médecine de Claude Bernard (1865) et la psychologie de Pierre Janet (1889), va ainsi se déplacer dans le cadre des sciences expérimentales des sciences de la vie et de l’Homme. C’est par des observations sur le terrain qu’il comprend que "la phonétique devait prendre pour base, non des textes morts, mais l’homme vivant et parlant". C’est par l’incapacité de ses maîtres à réentendre à partir de ses propres notations ce que son oreille exercée avait entendu sur le terrain qu’il se met à l’enregistrement à l’aide d’appareils dérivés ou créés à partir de l’instrumention de la physiologie expérimentale du laboratoire d’Étienne-Jules Marey du Collège de France.

Pour lui, la phonétique expérimentale, science d’observation et d’expérimentation, débouche naturellement sur des applications pédagogiques et thérapeutiques. L’enseignement du français, des langues étrangères, la correction des erreurs de prononciation et la rééducation des sourds en constitueront les champs.

L’abbé Rousselot a influencé de nombreux phonéticiens français ou étrangers, notamment : Josef Chlumsky, Jean Poirot, Giulio Panconcelli-Calzia, Théodore Rosset, George Oscar Russell, Raymond Herbert Stetson

Pendant la guerre 1914-1918, l’abbé Rousselot met au point des techniques de repérage par le son des canons ennemis les Berthas ainsi que des sous-marins allemands, ce qui le conduira à recevoir le grade de Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur.

Il meurt le 16 décembre 1924, dans son appartement situé au 23,rue des Fossés-Saint-Jacques. L’abbé Rousselot est enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris.

A sa mort en 1924, des laboratoires de phonétique expérimentale s’élèvent dans le monde entier. En dehors de celui du collège de France, Paris en compte quatre autres, à la Sorbonne, à l’Alliance française, aux Sourds-Muets, et celui de M. le Dr Thooris spécialement orienté vers les sports et la préparation militaire. En France, ceux de Montpellier, Rennes, Lille, Grenoble, Lyon ; à l’étranger, Liège, Louvain, Gromingue, Hambourg, Marbourg, Koenigsberg, Kasan, Cluj (Klausenbourg), Skoplie, Prague, Bologne, Barcelone, Madrid, Londres, La Havane, San-Francisco, Tokio...

En savoir plus sur l’abbé Rousselot