Navigation







Monuments remarquables - Ossuaires - Conservation des Restes mortels

OSSUAIRE du Père Lachaise et cimetières parisiens

Monument aux morts
samedi 7 février 2009.
 
Le public ignore généralement que derrière le monument aux morts de Bartholomé se cache un ossuaire destinés à recueillir les restes mortels provenant des concessions perpétuelles abandonnées.

Ossuaire et reliquaire au Père Lachaise

Suite au décret du 25 avril 1924, 18 avril 1931 et 12 mars 1945, relatifs à la reprise des concessions perpétuelles et centenaires abandonnées (procédure mise en vigueur par la loi du 3 janvier 1924) et à la création possible d’ossuaires spéciaux pour recevoir à perpétuité, les restes mortels des corps exhumés de ces concessions reprises.

Le 21 novembre 1946, parait le décret autorisant la Ville de Paris à tranférer dans un ossuaire unique à créer au Père Lachaise, les restes mortels provenant de la reprise de concessions perpétuelles et centenaires abandonnées dans les cimetières parisiens.

Outre le Père Lachaise, 13 autres cimetières sont alors interressés :

-  Montmartre

-  Montparnasse

-  Belleville

-  Charonne

-  Bercy

-  La Villette

-  Batignolles

-  Saint-Vincent

-  Auteuil

-  Grenelle

-  Passy

-  Vaugirard

-  La Chapelle

A cette énumération, se sont ajoutés :

-  Saint-Ouen

-  Bagneux

L’ossuaire concerne donc actuellement 16 cimetières parisiens au total.

Par délibération du Conseil municipal de Paris en date du 29 décembre 1947,il est décidé de construire un ossuaire central au Père Lachaise, sur fond d’emprunt.

La conception en est confiée à Jules Formigé, architecte.

L’ensemble se compose de galeries avec entrées ouvertes de chaque côté du Monuments aux morts préexistant (1895-1899) oeuvre du sculpteur Albert Bartholomé.

Dans ces galeries ont été aménagées des crypte correspondant aux cimetières d’origine, dans les quelles sont placées les boîtes à ossements ;

Lorsqu’une crypte est complète, il peut être procédé à son scellement par une dalle portant gravés les noms des personnes inhumées et dont les droits à concession perpétuelle sont ainsi respectés.

L’ossuaire du Père Lachaise fut mis en service le 1er janvier 1953.

Les premiers placements de reliquaires, dès l’ouverture, sont issus de reprises effectuées à Montmartre et Montparnasse.

Les premiers placements issus de reprises effectuées au Père Lachaise ont eu lieu le 10 janvier 1963.

Sources : Service des reprises, cimetière du Père Lachaise (9 février 2006).

NOUVEL OSSUAIRE PRINCIPAL DES CIMETIERES PARISIENS

Cimetière de Thiais (Val de Marne)

Après la récente publication par Funéraire Info d’un article sur la construction d’un nouvel ossuaire parisien à Thiais (Val-de-Marne), prenant la suite d’un Père-Lachaise saturé, le service des cimetières de la Ville de Paris souhaite apporter quelques précisions.

Dans sa configuration achevée, cet ossuaire construit par tranches au fur et à mesure des besoins pourrait couvrir une superficie de 7.500 m2 au maximum, sous les 15.000 m2 de l’esplanade. La première tranche (2.500 m2) est actuellement en cours de réalisation. Elle permettra de conserver les restes exhumés des cimetières parisiens pour les 20 prochaines années.

A propos des fouilles archéologiques effectuées à cet emplacement par l’équipe d’archéologie préventive du Val de Marne et de la mairie de Paris, le service des cimetières indique que de nombreux soldats allemands ont été inhumés à cet endroit, ensuite exhumés pour être transférés vers un autre cimetière. Il est néanmoins avéré que des corps sont toujours inhumés dans la parcelle qui a fait l’objet de ces fouilles.

L’architecte interrogé dans l’article stipulait que les restes issus des cimetières parisiens seront mis dans « des boîtes étiquetées avec des codes barres et stockés au cas où les descendants veuillent les récupérer ». La Ville de Paris tient à rectifier : il n’est pas prévu à ce jour d’utiliser un système de code barre. Par ailleurs, selon une règle réaffirmée en 2013 par le ministère de l’Intérieur, le placement dans l’ossuaire est définitif. Une famille ne peut donc plus disposer des restes, placés alors sous la responsabilité de la commune.

(Finéraire info - APPL 2017)

Nos sincères remerciements pour leur aide à Mme Guénola Groud et Mme Martine Lecuyer, respectivement conservatrice du patrimoine, et conservatrice du Père Lachaise.

Sources : Fiche sur l’ossuaire du Père Lachaise (Mairie de Paris - Direction des cimetières parisiens.

(APPL 2017)