Navigation







Sculpteurs - Fondeurs - Bronzeurs

VITAL DUBRAY Gabriel (1813-1892)

vendredi 30 janvier 2009.
 

Sculpteur français

Gabriel-Vital Dubray, dit Vital-Dubray est un sculpteur français né le 27 février 1813 à Paris, mort le 1er octobre 1892 à Paris.

Vital Dubray avait étudié son art sous la direction de Jules Ramey. Il expose pour la première fois au salon de 1840. L’année suivante il expose une Sainte philomène, et en 1842 un Saint Jean Baptiste.

En 1844, il obtint une médaille de troisième classe pour sa statue le Joueur de trottala.

Depuis cette époque, il ne cessa de produire un grand nombre d’œuvres, qui sous l’Empire, lui valurent la croix de Chevalier de la Légion d’honneur d’abord et la rosette d’Officier ensuite.

Il a exécuté notamment les statues de Sully, de Clodion, du Maréchal Lannes, de Jeanne Hachette (érigée à Beauvais).

Parmi les principales, citons les bas-reliefs de la statue de Jeanne d’Arc à Orléans qui sont connus du monde entier et ont été souvent reproduits par la gravure et la photographie ; la statue de l’Impératrice Joséphine (un exemplaire figure sur la place des Savanes à Fort-de-France à la Martinique, l’autre se trouve à Versailles - après avoir été exposée avenue Marceau, ancienne avenue Joséphine jusqu’en 1870) ; la statue du cardinal Fesch à Ajaccio, le buste du général Abbatucci, la statue du patriote corse Sampiero Corso, la statue de l’évêque Casanelli d’Istria, la statue équestre de Napoléon Ier à Rouen érigée en 1853, et le fronton du théâtre de la Gaîté.

La mort l’a surpris l’ébauchoir à la main au moment où il modelait un buste qu’il destinait à la mémoire de son vieil ami Alphonse Karr, buste destiné à orner la tombe de l’auteur des Guêpes et de Sous les tilleuls.

Quelques mois avant sa mort, il avait exposé au salon des Champs-Élysées la maquette d’un monument de Germain Pilon, dont l’allure magistrale attirait tous les regards. Cette année encore il avait fait une statue de la Justice qui orne la nouvelle mairie de Suresnes.

Vital Dubray, Officier de la Légion d’honneur, ancien capitaine commandant au 72e bataillon de volontaires où il s’était engagé à 57 ans en 1870, il avait été porté à l’ordre du jour de l’armée pour sa belle conduite à la bataille de Buzenval, le 19 janvier 1871.

Sa fille, Charlotte Vital-Dubray, fut son élève et devint également sculpteur. Elle épousa le peintre Albert Besnard.

Œuvres au Père Lachaise :

le monument de Perdonnet (4e division), le buste de Garat (11e division).

Crédit photo : Annie_photos (APPL 2009)