Navigation







Compositeurs - Musiciens - Chanteurs

GARCIA Manuel (1775-1832)

25ème division
mercredi 14 septembre 2005.
 

Chanteur lyrique

Manuel del Populo Vicente, dit Garcia du nom du second mari de sa mère, est né à Séville en 1775. Il fut ténor, compositeur et professeur de chant espagnol.

Il fit ses débuts à Cadix en 1798 dans une tonadilla [1] dont il écrivit quelques numéros. Il voyagea beaucoup (Turin, Rome, Naples et participa à de nombreuses créations, en particulier celle de Almaviva dans le Barbier de Seville à Rome en 1816. Il écrivit de nombreuses opérettes et opéras en espagnol, français ou italien, dont la plus fameuse est le Calife de Bagdad. Il devient un maître incontesté de chant et forme ses enfants et Adolphe Nourrit. Sa voix, que l’on ne connaît évidemment pas, était décrite comme puissante et virtuose.

Manuel Garcia est également connu pour une autre raison : il donna naissance à une fameuse dynastie musicale. Outre sa seconde épouse, la soprano Joaquina Sitches, il fut surtout le père de Maria-Felicité Garcia, plus connue sous le nom de la Malibran, qui fit une carrière internationale [2], et de Pauline Garcia, épouse de Louis Viardot [3], qui bien que moins connue que sa soeur, est tenue comme l’une des plus grandes interprêtes de l’école française de tous les temps. Elle fut en outre une figure culturelle essentielle du XIXe siècle français, intime de George Sand, Schumann, Liszt (qui avait été son professeur de piano) et de Tourgueniev, avec lequel elle eut une relation orageuse.

Manuel Garcia mourut à Paris en 1832. Aujourd’hui, en bordure de la 25ème division, Manuel Garcia est bien oublié. Tous ceux qui vont visiter Molière et La Fontaine passe devant sa tombe sans y prêter aucune attention. Il est vrai que son identité est à peine lisible : dans quelques années, ce sera une tombe totalement anonyme.

[1] tonadilla : Petite pièce de théâtre courte et légère, parlée et chantée, dont la plus grande vogue se remarque dans la seconde moitié du XVIIIe s. On la représentait comme intermède entre les actes d’une tragédie, d’une grande comédie, ou à la fin d’une fête.

[2] elle est enterrée au cimetière de Laeken avec son époux, Bériot

[3] inhumée au cimetière Montmartre.