Navigation







Réalisateurs - Metteurs en scène - Arts de l’écran

TOURNEUR Maurice (1876-1961)

71eme division
mardi 6 janvier 2009.
 

Cinéaste et réalisateur

Né Maurice Thomas, Maurice Tourneur voit le jour le 2 Février 1876 à Belleville, Paris.

Avant de débuter au théâtre comme comédien dans la troupe d’André Antoine, Maurice Tourneur illustre des ouvrages de luxe et travaille avec le sculpteur Rodin ou le peintre Puvis de Chavannes. Suivant quelques compagnons de route au cinéma, il se prend de passion pour la réalisation et adapte une nouvelle d’Edgar Poe : " Le système du docteur Goudron et du professeur Plume ". En 1911, il est engagé par la firme Eclair grâce à Emile Chautard avant d’être envoyé aux Etats-Unis où il débute sa carrière de cinéaste.

Dès son arrivée aux Etats-Unis, Maurice Tourneur enchaîne les tournages : 14 films en trois ans dont Mother (1914), The wishing ring (id.), Trilby (1915), etc.

Dès 1918, il est considéré comme l’un des plus grands réalisateurs de son temps. Malgré des films très peu diffusés dans les cinémathèques, la période américaine de Maurice Tourneur reste marquée par des mises en scène féeriques où le réalisateur cherche à susciter " des réactions émotionnelles ou intellectuelles ". Après Victory réalisé en 1919, Tourneur adapte le roman de Stevenson Treasure Island (L’ile au trésor) (1920), considéré comme l’un de ses meilleurs films. Cette même année 1920, il met en scène Last of the Mohicans (Le Dernier des Mohicans), l’un des premiers westerns antiracistes.

Quelques années plus tard, il entreprend l’adaptation cinématographique du roman de Jules Verne L’ile mystérieuse (1926) mais une brouille avec la MGM le conduit à quitter le tournage. Le film sera achevé par Lucien Hubbard. Revenu en France, il met en scène L’équipage (1927) mais Maurice Tourneur est confronté à la fronde de certains lui reprochant de ne pas avoir participé à la guerre. Il part alors tourner en Allemagne Le navire des hommes perdus (1929) où Marlène Dietrich apparaît dans l’un de ses premiers grands rôles.

De retour en France, le réalisateur tente de s’adapter au cinéma parlant et met en scène des films policiers d’une rare efficacité dramatique : Accusée, levez-vous (1930) ou Au nom de la loi (1932). Avec le sourire (1936) avec Maurice Chevalier illustre également les talents du cinéaste dans la comédie. Il est également l’auteur de films historiques comme Katia (1938) et de films fantastiques : La main du diable (1943), une oeuvre envoûtante tournée sous l’Occupation. Après L’impasse des deux anges (1948), Maurice Tourner est victime d’un accident qui l’éloigne des plateaux de cinéma.

Il se consacre à la fin de sa vie à la traduction de romans policiers américains. Il est le père de Jacques Tourneur.

Maurice Tourneur est décédé le 4 Août 1961 à Paris, il repose dans la 71e division.

Sources : Les cahiers du cinéma