Navigation







Ecrivains - Littérateurs - poétes - Académiciens

EMMANUEL Pierre (1916-1984)

57eme division
dimanche 4 janvier 2009.
 

Ecrivain et académicien

Noël Mathieu, plus connu sous le pseudonyme Pierre Emmanuel, voit le jour le 3 mai 1916 à Gan (Pyrénées-Atlantiques). mort le 24 septembre 1984 à Paris.

Poète et écrivain français d’inspiration chrétienne.

Tandis que ses parents émigraient aux États-Unis, il fut élevé par un oncle paternel. Après des études de lettres à l’université de Lyon, il entama une carrière d’enseignant. Venu à la poésie par la lecture de La Jeune Parque de Valéry, il se familiarisa avec les romantiques allemands (Hölderlin) et les auteurs anglais (Hopkins, Hardy). C’est Pierre Jean Jouve, qu’il rencontra en 1937, qui devait le guider dans ses débuts poétiques : Elégies (1940), Tombeau d’Ophée (1941).

Réfugié dans la Drôme pendant l’Occupation, il poursuivit ses activités d’enseignant et participa à la Résistance, et écrivit : Jours de Colère, Combat avec les Défenseurs, La Liberté guide nos pas.

En marge de ses activités de poète, Pierre Emmanuel exerça également le métier de journaliste en collaborant, comme chrétien de gauche, à Témoignage Chrétien, Réforme, Esprit.

Chef des services anglais puis américains de Radiodiffusion-télévision française de 1945 à 1959, il donna plusieurs conférences aux États-Unis et au Canada, et fut visiting professor de différentes universités américaines.

Engagé à plus d’un titre dans la vie culturelle de son temps, il fut encore président de l’Association internationale pour la liberté de la culture, président du PEN club français de 1973 à 1976, président de la commission des affaires culturelles pour le VIe Plan, président de l’Institut national de l’audiovisuel et administrateur du Festival d’automne.

Il proposa notamment la création d’un Conseil de développement culturel auquel participeront François-Régis Bastide, Jack Lang, François Billetdoux, Claude Santelli, Alfred Grosser ou encore Iannis Xenakis. Bien que peu actif ce conseil a probablement inspiré la politique d’intervention culturelle que pratiquera le futur ministre Jack Lang.

Pierre Emmanuel était Officier de la Légion d’Honneur, grand officier de l’ordre National du Mérite et Commandeur des Arts et Lettres.

Pierre Emmanuel fut élu à l’Académie française, le 25 avril 1968, au fauteuil 4, succédant au maréchal Juin. Sa réception officielle eut lieu le 5 juin 1969. Après l’élection de Félicien Marceau, dont il dénonçait l’attitude selon lui collaborationniste, il se déclara démissionnaire de l’Académie en 1975 et cessa de siéger.

Toutefois, ses confrères ne prirent pas acte de cette décision et attendirent sa disparition pour procéder à son remplacement, intervenu le 18 avril 1985 avec l’élection du professeur Hamburger.

Pierre Emmanuel repose dans la 57e division.