Navigation







Peintres - Dessinateurs - Illustrateurs

GERVEX Henri (1852-1929)

55eme division (1ere ligne)
jeudi 1er janvier 2009.
 

Peintre et dessinateur

Henri Gervex voit le jour le 10 septembre 1852 au n° 18 de la rue Antoinette, dans l’ancienne commune de Montmartre et mort le 7 juin 1929 à Paris.

Peintre français.

Fils de Joséphine Peltier et Félix Nicolas Gervex, facteur de piano, un ami de la famille le fait entrer, en 1867, comme élève à l’atelier du peintre Pierre-Nicolas Brisset.

Trois ans plus tard il s’engage au 152e Bataillon de la garde nationale. En 1871, il est reçu à l’école des beaux-arts, dans l’atelier de Cabanel où, pendant cinq ans, il recevra son enseignement des plus académiques, il est le condisciple de Forain et Cormon. Il fait aussi son apprentissage auprès du peintre orientaliste Eugène Fromentin.

Gervex débute au Salon de 1873, au palais des Champs-Elysées par une Baigneuse endormie. L’année suivante, il reçoit une médaille de seconde classe, avec Satyre jouant avec une ménade dont le nu est influencé par le style de Cabanel, et est acheté par l’État qui désire l’accrocher au palais du Luxembourg.

En 1876, il fait la connaissance de Manet, et fréquente les peintres impressionnistes. Sa peinture en subira l’influence en éclaircissant sa palette. C’est en 1878 qu’il fait scandale en exposant Rolla, considéré comme son chef d’œuvre.

Cette toile inspirée d’un poème d’Alfred de Musset, fut refusée par le jury du salon pour les mêmes motifs que l’Olympia de Manet, représentant un nu dans un décor contemporain, l’œuvre est qualifiée d’immorale, elle est exposée dans un magasin, et voit un défilé incessant de visiteurs et curieux. Il fait aussi le portrait de Mlle Valtesse de la Bigne, une demi-mondaine qui pose comme modèle et qui inspire à Zola le personnage de Nana.

Dans les années 1880, il voyage en Espagne ; il fait partie du « cercle des mirlitons » présidé par Meissonier, et expose au Cercle artistique de la Seine, qui vient d’être créé. En 1882, il effectue son premier voyage en Angleterre avec Rodin ; travaille à la décoration de la mairie du 19e arrondissement de Paris. L’année suivante, il effectue son deuxième voyage en Angleterre avec Rodin et est nommé chevalier de l’ordre de Léopold de Belgique à l’occasion de l’Exposition triennale des beaux-arts de Gand. En 1884, il effectue son troisième voyage en Angleterre et prend un nouvel atelier rue de la Chaussée-d’Antin. Il voyage en Italie avec Maupassant et G. Legrand et fonde une Académie avec le peintre Hubert.

En 1889 il est promu officier de la Légion d’honneur. En 1890, il est nommé chevalier de l’ordre de Saint-Olaf par le roi de Norvège et de Suède. En 1891 il participe à l’exposition internationale des beaux-arts de Munich.

En 1892 il est nommé officier de l’ordre de Saint-Michel par le gouvernement de Bavière. Le 9 février 1893, il épouse Henriette Fauche ; il est nommé chevalier de l’ordre espagnol de Carlos III. Le 18 décembre 1894, naissance de Colette Gervex. En 1895, il est nommé vice-président de la commission d’examen de la Société nationale des beaux-arts ; il décore la salle de physique de la Sorbonne. En 1896, lors de son premier voyage en Russie, il est fait commandeur de l’ordre de Sainte-Anne de Russie. En 1897, il fait une croisière en Italie puis en Turquie. En 1898, il fait un deuxième voyage en Russie. Il expose, à l’Exposition universelle de 1900, Le Couronnement de Nicolas II. En 1901, il fait, en famille, un troisième voyage en Russie.

En 1902, croisière en Italie. En 1911, il est promu commandeur de la Légion d’honneur.Il entre à l’Institut de France en 1913 ; il est élu président de la Société des pastellistes.

En 1918, il reçoit la croix de guerre, pour service rendus à la patrie. En 1925, il est élu membre associé de la section peinture de l’Académie royale des sciences, lettres et beaux-arts de Bruxelles.

En 1928, il est atteint d’une maladie à l’œil. Il meurt, le 7 juin 1929, à Paris. Il repose dans la 55e division.