Navigation







Peintres - Dessinateurs - Illustrateurs - Lithographes

MOREL FATIO Antoine Léon (1810-1871)

31eme division (4eme ligne, 36)
dimanche 14 décembre 2008.
 

peintre et illustrateur

Antoine Léon Morel-Fatio, voit le jour le 17 janvier 1810, à Rouen.

Peintre, dessinateur, illustrateur, graveur, aquarelliste, il a été conservateur du Musée de marine et d’ethnographie du Louvre qu’il a créé, conservateur-adjoint des Musées impériaux, et premier maire du 20e arrondissement de Paris de 1860 à 1869.

Léon Morel-Fatio, est connu surtout comme illustrateur, c’est un grand témoin de la marine du XIXe siècle.

issu d’une famille protestante originaire du Pays de Vaud, les Morel sont anoblis par les comtes de Savoie au XVIe siècle. A la fin du XVIIIe siècle, Jean Conrad Morel, châtelain de Glérolles, lieutenant-colonel, se marie avec une Fatio de Genève.

Le père de Léon Morel-Fatio, banquier à Rouen, puis à Paris, demande à être réintégré dans la nationalité française comme descendant de religionnaires fugitifs, sa grand-mère paternelle étant la fille d’un protestant réfugié à Vevey.

Son père met d’abord Léon Morel-Fatio au collège Louis-le-Grand, dont il est renvoyé en 1824, à la suite d’une conspiration restée célèbre dans l’histoire de l’établissement le « complot des bouts de chandelle ».

En 1827, Léon Morel-Fatio part comme pilotin à bord d’un bâtiment marchand britannique, pour apprendre la navigation. À son retour, son père le juge suffisamment apte au commerce, et il entre d’abord dans la banque familiale, dont les livres s’illustrent avant peu de culs-de-lampe, quelquefois faits sans lampe. Ensuite, sa famille le place dans la maison de banque de Jean-Charles Davillier. Mais, il renonce au commerce.

Léon Morel-Fatio étudie la peinture auprès de différents artistes. Il voyage à nouveau en Italie, en Orient et dans d’autres contrées, où il se perfectionne. En 1830, il accompagne l’escadre de l’expédition d’Alger. À 20 ans, il est témoin de l’action du futur amiral Duperré. Sur les côtes d’Afrique du Nord, il dessine et il peint ce qui va lui permettre de revenir avec deux vues d’Afrique, qu’il expose et qui ont du succès au salon de 1833. Morel-Fatio exposera des tableaux de marine à tous les salons, depuis celui de 1833. Il est l’auteur de vues dessinées d’après nature, qu’il fait graver à l’aquatinte par Vögel.

L’attaque d’Alger est commandé par Louis-Philippe pour le musée historique de Versailles en 1836. Elle est exposée au salon des artistes français, à Paris, en 1837.

« Peintre reporter », comme se doivent d’être les peintres officiels de la marine, il s’intéresse aussi à l’architecture navale. Il connaît tous les bateaux et ses représentations reproduisent fidèlement le moindre détail.

Léon Morel-Fatio est choisi par Horace Vernet, directeur de la l’académie de France à Rome pour exécuter, sous ses yeux, le bombardement de Saint-Jean-d’Ulloa, en 1838.

Au mois de juin 1839, le prince de Joinville s’embarque à Toulon où il rejoint l’escadre d’évolutions commandée par l’amiral Lalande. Il fait bientôt voile vers le Levant, accompagné de Morel-Fatio. Ils débarquent à Constantinople où un épouvantable incendie ayant éclaté à Péra et à Galata menace d’engloutir le plus riche quartier de la capitale. De Constantinople, Joinville rejoint son escadre à Smyrne et débarque à Toulon à la fin de décembre. De ce voyage en Orient, Léon ramène de nombreux dessins.

C’est le prince de Joinville qui organise le transfert en France des restes mortels de l’empereur Napoléon Ier. Le 30 novembre 1840, la Belle-Poule entre dans la rade de Cherbourg, et les restes de Napoléon sont transférés sur le bateau à vapeur la Normandie, le 8 décembre 1840. Morel-Fatio peint cette scène.

En 1842, il s’inspire admirablement d’un haut-fait : Le commandant Marnier avec un sloop français enlevant à l’abordage un brick anglais.

Louis Napoléon Bonaparte, le président de la République française l’emmène avec lui dans ses voyages, car il est devenu un peintre bien connu des Français. Il peint l’escadre britannique en rade de Cherbourg le 14 août 1865. Le marquis de Chasseloup-Laubat, ministre de la Marine et des Colonies, reçoit à bord du vaisseau "la Reine Hortense" les lords de l’amirauté britannique. Ce tableau est commandé par le ministère de la marine.

En 1854, il fait partie de l’expédition de la mer Noire, et publie à son retour, avec Jean-Baptiste Henri Durand-Brager, des vues du littoral de cette mer. Léon Morel-Fatio est attaché à l’expédition de Bomarsund en 1854. Cette forteresse russe sur la Baltique est détruite et prise par les marines britannique et française pendant la guerre de Crimée. Il visite Larsö, Amsterdam, Kiel, Stockholm...

Les peintres de la Marine font remonter à Richelieu la création de leur corps. Ce ministre de la Marine qui avait à cœur de conserver le souvenir des grands faits historiques fait naître la peinture de Marine. En France, le titre de peintre de la Marine est accordé par le ministre de la défense à des artistes ayant consacré leur talent à la mer, à la Marine et aux gens de mer. Il peut être attribué non seulement à des peintres mais aussi à des photographes, des illustrateurs, des graveurs et des sculpteurs. En 1860, il existe quatre peintres au Département de la Marine dont Morel-Fatio. Ces curieux civils qui portent un uniforme d’officier à bord des navires de guerre sur lesquels ils embarquent en mission, sont avant tout des artistes de toutes tendances. Peintres de tradition contemporaine, ils sont assez différents en cela des artistes de marinistes étrangers parfois absorbés exclusivement dans la représentation nostalgique d’un passé révolu.

Le premier maire du XXe arrondissement de Paris (1860) [modifier] Léon Morel-Fatio est le premier maire du 20e arrondissement de Paris de 1860 à 1869.

Léon Morel-Fatio est nommé conservateur des collections maritimes au Louvre. Ce musée, dont l’ouverture ne date que de 1837, reçoit grâce à lui des accroissements journaliers, par suite de dons et de legs. Léon Morel-Fatio en est avant 1852 le conservateur-adjoint. En 1850, devant l’encombrement des salles par les collections, une annexe ethnographique est créée par lui qui n’est que directeur, et un premier inventaire est réalisé. Grâce à lui, il s’est augmenté d’un musée chinois, acquis par l’État en 1855, musée qui prendra un grand développement après l’expédition de Chine.

Les voyages n’empêchent pas Léon Morel-Fatio d’épouser Louise Françoise Aimée Ernestine du Chastel (1815-1876), fille du maréchal de camp Louis Claude du Chastel. Il va être de père de deux enfants.

Léon Morel-Fatio reçoit une médaille de troisième classe en 1837, une de première classe en 1843 et une autre en 1848, et la décoration de la légion d’honneur, le 15 juillet 1846.

Morel Fatio termine sa vie comme responsable du musée de la marine, dans des circonstances dramatiques.

Il meurt le 2 mars 1871 sur la terrasse au Musée de marine et d’ethnographie du Louvre, d’une crise cardiaque, en voyant les prussiens envahir son musée.

Il repose dans la 31e division du cimetière Montmartre.

Sources : Musée de la Marine, Wikipédia et divers