Navigation







Ecrivains - Poétes - Littératteurs

MURGER Henri (1822-1861)

5eme division (1ere ligne, 49)
samedi 29 novembre 2008.
 

Littérateur et poéte

Henri Murger, voit le jour le 27 mars 1822 à Paris où il est mort le 28 janvier 1861.

Ecrivain français.

Secrétaire du comte Léon Tolstoï, collaborateur de différentes revues littéraires dont La Revue des Deux Mondes, il fut auteur dramatique à succès. Ballades et fantaisies (1854) et Les Nuits d’hiver (1864) sont ses deux recueils de poésie.

L’un de ses compères, Théodore de Banville, célèbre les héroïnes de Murger par un poème tout simplement intitulé « À Henri Murger » (Odelettes, 1856).

Fils d’un concierge-tailleur, il passe sa jeunesse parmi les "Buveurs d’Eau", un groupe d’artistes-bohémiens du Quartier Latin que fréquentera notamment le photographe Nadar.

Il connaîtra d’ailleurs la célébrité en publiant les Scènes de la vie de bohème, un feuilleton de l’École Réaliste dans lequel il met en scène ses amis, comme Schanne, sous des noms les masquant à peine.

Le compositeur italien Giacomo Puccini en tirera son fameux opéra, La Bohème, en 1896 et Aki Kaurismaki le portera au cinéma.

De santé fragile, il fait plusieurs séjours à l’hôpital, il est pris de malaise le 28 janvier 1861, devant la porte de l’hôpital Fernand-Widal, rue du faubourg Saint-Denis, il décède à son entrée à l’âge de 38 ans. Une plaque apposée prés de la poterne d’entrée rappelle cet instant.

Sa sépulture au cimetière Montmartre est surmontée d’une stèle avec une statue de femme drapée représentant la Jeunesse, oeuvre d’Aimé Millet. L’original en bronze a figuré au salon des Artistes Français de 1863. Un médaillon orne également la tombe oeuvre de l’architecte Léon Dupré.

Crédit photos : Annie_photos (APPL 2008)