Navigation







Auteurs dramatiques et libretistes

MEILHAC Henri (1831-1897)

21eme division (1ere ligne, 95)
vendredi 28 novembre 2008.
 

Auteur dramatique

Henri Majak dit Henri Meilhac, voit le jour le 23 février 1831 à Paris où il est mort le 6 juillet 1897.

C’est un auteur dramatique, librettiste d’opérettes et d’opéras français.

Après ses études au collège Louis-le-Grand, Henri Meilhac travailla tout d’abord comme employé dans une librairie. Puis il continua comme dessinateur au Journal pour rire, de 1852 à 1855, sous le pseudonyme de Thalin, et donna des articles dans diverses revues où se signalait déjà sa fantaisie dans le plus pur esprit boulevardier. Meilhac était grand, bel homme, bon vivant, amateur de jolies femmes jusqu’à rester célibataire.

Avec Ludovic Halévy, rencontré en 1860, il entama une collaboration de près de vingt ans, donnant les livrets des plus célèbres opérettes de Jacques Offenbach dont La Belle Hélène (1864), La Vie parisienne (1866), La Grande-Duchesse de Gérolstein (1867) et La Périchole (1868) et aussi de Carmen de Georges Bizet (1875). Il signa également les livrets d’opérettes de Charles Lecocq et de Hervé.

Le duo composa aussi des vaudevilles et des comédies : Les Brebis de Panurge (1863), Fanny Lear (1868), Froufrou (1869), Tricoche et Cacolet (1872), Le Prince (1876), La Cigale (1877), Le Mari de la débutante (1879).

Des deux duettistes, Henri Meilhac apportait en propre une fantaisie irrésistible, confinant parfois à la loufoquerie. Gagnant beaucoup d’argent, il en dépensait beaucoup, cherchant l’inspiration dans les grands restaurants, les cigares et le champagne.

La collaboration de Meilhac et Halévy cessa en 1881. Meilhac signa également des pièces avec d’autres collaborateurs, notamment Mam’zelle Nitouche (1883) avec Albert Millaud (1844-1892) et Manon de Jules Massenet avec Philippe Gille. Il encouragea les débuts de Georges Feydeau.

Il fut élu à l’Académie française le 26 avril 1888 au fauteuil 15, en remplacement d’Eugène Labiche. Sa sépulture au cimetière Montmartre est ornée d’une statue de pleureuse, oeuvre du sculpteur Batholomé.

Sources : Académie Française et divers

Crédit photos : Annie_photos (APPL 2008)