Navigation







Sciences & Techniques - Astronomie

BURCKARDT Jean Charles ( 1773-1825)

10eme division (12e ligne, Z, 19)
mercredi 19 novembre 2008.
 

Astronome allemand

Jean Charles Burckhardt voit le jour le 30 avril 1773, à Leipzig, où de bonne heure, il s’adossa aux études mathématiques.

La lecture des ouvrages de Lalande développa chez lui le goût de l’astronomie. Une lunette, qu’il trouva chez son père, lui servit à faire ses premières observations.

Ses progrès le mirent bientôt à la hauteur de tous les travaux des modernes, et il commença à prendre rang parmi ceux qui, par leurs découvertes, agrandissaient le champ de la science.

Les calculs astronomiques auxquels il se livrait, spécialement ceux qui concernaent les les éclipses de soleil et de certaines étoiles, pour la détermination des longitudes géographiques, le firent connaître de quelques hommes célèbres.

Mis en relation avec le baron de Zach, il passa deux ans auprès de ce savant dans l’Observatoire de de Seeberg aux environs de Gotha.

C’est là, qu’il eut pour la première fois la facilité de faire de l’astronomie pratique avec toute le précision désirable, et de se familiariser avec l’emploi des instruments les plus parfaits.

Au bout de ce temps, il partit pour la France, muni de pressantes recommandations pour Lalande : les meilleurs sans contredit étaient son amour pour la science, et son admiration pour le professeur.

Lalande lui fit l’accueil le plus amical, le logea chez lui, le traita comme son neveu, et, mettant son zèle et son aptitude à profit, l’employa comme son second dans les grands travaux dont il s’occupait à cette époque. Ceci se passait en 1797.

L’année suivante Burckardt était nommé conseiller de légation du Duc de Saxe-Méiningen ; mais, c’est en France que dès lors, il avait résolu de passer sa vie.

En 1799, il reçut ses lettres de naturalisation et fut nommé adjoint au Bureau des Longitudes. En 1800, il remporta le prix d’astronomie de l’Institut : le sujet au concours était la théorie de la comète de 1770.

Les années suivantes lui apportèrent successivement les titres de membre de l’Institut, de directeur de l’Observatoire de l’Ecole Militaire, et enfin, de membre titulaire du Bureau des Longitudes.

Il parlait la plupart des langues européennes. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages scientifiques et de traductions diverses.

Jean Charles Burckhardt mourut à Paris le 21 juin 1825. Il repose dans la 10e division.