Navigation







Musiciens - Compositeurs - Chefs d’orchestre

DELIBES Léo (1836-1891)

9eme division (1ere ligne, 75)
mardi 4 novembre 2008.
 

Le compositeur de Lakmé

Clément Philibert Léo Delibes, connu comme Léo Delibes, est un compositeur français né à Saint-Germain-du-Val (aujourd’hui un quartier de La Flèche) le 21 février 1836 et mort à Paris le 16 janvier 1891.

Delibes étudia au Conservatoire de Paris et obtint un premier prix de solfège en 1850. Son ballet, Coppélia, joué à l’Opéra de Paris en 1870, fut un triomphe. Basé sur une histoire de l’écrivain allemand Ernst Theodor Amadeus Hoffmann, il conte la destinée du vieux Dr Coppelius et de sa poupée Coppélia. En 1876, il publia Sylvia, ballet dont l’action se déroule en Grèce. Grand amateur de danse, Tchaïkovsky admirait ces deux ballets. En 1882, il écrivit un pastiche d’airs et de danses anciens pour Le Roi s’amuse de Victor Hugo, qui a fourni plus tard le sujet du Rigoletto de Verdi.

Monument de Léo DELIBES à La Flêche

Son célèbre opéra Lakmé, qui narre l’amour impossible d’un officier britannique et de la fille d’un prêtre de Brahma, dans l’Inde du XIXe siècle, confirma sa gloire. La Scène et légende de la fille du paria, dit Air des clochettes est un morceau de bravoure pour les sopranos coloratures. Son duo D’où viens-tu ? Que veux-tu ? est également fameux. En 1884, Delibes est élu membre de l’Académie des Beaux-arts.

Léo Delibes reste dans les mémoires comme un maître de la tradition musicale française, légère et mélodieuse, comme il le proclamait lui-même : « Pour ma part, je suis reconnaissant à Wagner des émotions très vives qu’il m’a fait ressentir, des enthousiasmes qu’il a soulevés en moi. Mais si, comme auditeur, j’ai voué au maître allemand une profonde admiration, je me refuse, comme producteur, à l’imiter. »

Œuvres principales de Léo Delibes : Ballets : La Source (1866), avec Léon Minkus, Coppélia (1870), Sylvia (1876)

On lui doit également les Opéras : Monsieur de Bonne-Étoile (1860), Le Roi l’a dit (1873), Jean de Nivelle (1880), Lakmé (1883), Kassya (1893, posthume)

Et les Opérettes : Deux sous de charbon (1856), Deux vieilles gardes (1859), L’Omelette à la Follembuche (1859), Le Serpent à plumes (1864), L’Écossais de Chatou (1869), La Cour du roi Pétaud (1869).

Mélodies : Les Filles de Cadix, Églogue, Bonjour, Suzon !

Il mourut en laissant un opéra inachevé, Kassya, qui sera orchestré par Jules Massenet.