Navigation







Europe - Italie - Milan

Le cimetière monumental de MILAN

Au delà de nos frontières
jeudi 17 juillet 2008.
 

Le cimetière monumental de MILAN

Le cimetière Monumental de Milan est situé sur une place qui porte le même nom : Piazza del Cimitero Monumentale di Milano, non loin du centre de la ville.

Le cimetière fut l’œuvre de l’architecte Carlo Maciachini (1818-1899). Les travaux démarrèrent en 1863. Il fut ouvert en 1866 et vit s’élever un grand nombre de sculptures contemporaines et classiques dans le plus pur style de l’art italien, aussi bien que de temples grecs, des obélisques travaillés, et même une imitation de la colonne de Trajan, le tout sur 250 000m2.

L’entrée principale est le siège du grand "Famedio" (Temple de la renommée), une construction imposante de style néo-médiéval, fait de marbre et de pierres, qui est le tombeau de citoyens célèbres, dont Alessandro Manzoni (1785-1873), un grand poète en l’honneur duquel Verdi écrivit son Requiem. Ce monument fut terminé en 1875 seulement.

La chapelle Palanti est un autre monument qui commémore plus de 800 milanais qui furent exécutés dans les camps de concentration nazis. Le cimetière a une section pour les défunts non membres de l’église catholique.

Voici quelques personnages enterrés ici :

-   Antonio Ascari (1888-1925) et son fils Alberto Ascari (1918-1955). Le premier est mort sur le circuit de Montlhéry. Il était l’ami de Enzo Ferrari. Le second fut champion du monde de Formule 1 en 1952 et 1953 sur Ferrari, mort lui aussi dans un accident sur le circuit de Monza. Tous deux avaient 36 ans à 3 jours de différence, sont morts le 26 du mois d’une année se terminant par 5 et avaient tous deux gagnés 13 grands prix.

-   De nombreux sculpteurs : Ernest Bazzaro (1859-1937), Medardo Rosso (1858-1928), Leonardo Bistolfi (1859-1933), Francesco Barzaghi (1839-18992), Alfredo Sassi (1869-1952), Rosso sculpta de nombreuses sépultures dans ce cimetière.

-   Des compositeurs : Arrigo Boito (1842-1918), auteur d’un opéra « Néron » et des livrets de « Falstaff » et « Othello » de Verdi, Alfredo Catalani (1854-1893), auteur de l’opéra « la Wally », Amilcar Ponticelli (1834-1886), auteur de la « Gioconda ».

-   Luca Beltrami (1854-1933), architecte, sauveur du monument dédié à Napoléon III.

-   Carlo Cattaneo (1801-1869), philosophe, partisan d’un fédéralisme à la suisse pour son pays unifié, figure du « Risorgimento » (Renouveau).

-   Filippo Filippi (1830-1887), critique musical, proche de Verdi.

-   Francesco Maria Piave (1810-1876), librettiste de la « Gioconda ». Ami de Verdi, il écrivit les livrets de « Rigolletto » et la « Traviata ».

-   Guiseppe Gervasini (1861-1941), un fameux guérisseur, appelé « el pré-le prêtre-de Rastana ».

-   Filippo Turati (1857-1932), homme politique marxiste, fondateur du Parti Socialiste Unifié, il fut obligé de fuir le régime mussolinien en 1926, il réunifia Petro Nenni, le Part Socialiste Italien.

-   Eva (Evita) Duarte Peron (1919-1952) reçu une sépulture dans ce cimetière après la première destitution de Peron, de 1955 à 1971, puis son corps partit en Espagne, après la deuxième destitution de Peron, avant de retourner à Buenos Aires en 1974.

-   Salvatore Quasimodo (1901-1968), prix Nobel de Littérature en 1959.

-   Arturo Toscanini (1867-1957), célèbre chef d’orchestre et violoncelliste, directeur de nombreux opéras à travers le monde dont la Scala de Milan, émigré aux Etats-Unis.

-   Vladimir Horowitz (1903-1989), pianiste d’origine juive d’Ukraine, ami de Rachmaninov. Il épousa la fille de Toscanini, Wanda, et émigra aux Etats-Unis.

Textes : Michel Souloumiac (APPL 2008)

Crédit photos : Il cimitiere monumentale di Milano (1954)