Navigation







Monuments remarquables

DEBRAY famille montmartroise

Cimetière du Calvaire
lundi 23 juin 2008.
 

Illustre famille de Montmartre

Illustre famille de meuniers de la butte. Bien des histoires et des légendes circulent encore de nos jours sur les membres de cette famille. Ils auraient défendu Montmartre au moment de l’entrée des troupes alliées aprés la chute de l’Empereur.

C’est également là qu’eut lieu, en 1814, les derniers combats entre Français et Russes.

En effet, les quatre frères Debray et le fils de l’aîné, dont les ancêtres avaient toujours été meuniers sur la Butte, tinrent tête, les armes à la main, le 30 mars 1814 à une colonne russe dirigée par le Général Langeron, émigré à la Révolution et qui servait le Tzar. Les Russes voulaient prendre position sur la Butte lorsqu’ils furent accueillis dans le "maquis", c’est comme cela qu’on nommait alors les contreforts nord de Montmartre, par un feu nourri provenant des hauteurs. Trois des frères furent tués. Mais le soir venu alors que les Russes occupaient le tertre du moulin "Blute-Fin" ils furent décimés par le tir de deux canons chargés de mitraille commandés par l’aîné qui avait fait la plupart des campagnes de Napoléon en tant qu’artilleur.

Ces canons étaient ceux d’une petite garnison qui avait été désertée par les soldats réguliers et qui avaient été récupérés par les irréductibles survivants. Ce qui restait des Russe attaqua le moulin et l’officier qui commandait la charge fut tué d’un coup de pistolet à bout portant par notre artilleur.

Les survivants furieux le coupèrent en morceaux et attachèrent ceux-ci aux ailes du moulin (controversé) tandis que le fils fut blessé d’un coup de lance auquel il survécut de très longues années.

Il était connu dans tout Paris sous le nom du "Petit Père Debray". Invalide après son coup de lance, il ne buvait que du lait, c’est lui qui eut l’idée géniale de transformer le moulin "Blute Fin" en guinguette et d’ouvrir un bal public payant. Ce qui permettait d’éviter, du moins en partie, la compagnie peu recommandable des fameux "Apaches" qui préféraient guincher gratuitement. Le Blute Fin des Debray devint donc le "Moulin de la Galette".

Emile Zola situe chez les Debray, son drame,l’Attaque du Moulin, mis en musique pour l’Opéra comique en 1893 par Alfred Bruneau.

Crédit photo : Hugo_photos (APPL 2008)

Gravure : de l’époque

Peinture : Le moulin de la Galette par J.B. Corot