Navigation







Littérateurs - Ecrivains -

LE BON Gustave (1841-1931)

89eme division
jeudi 15 mai 2008.
 

Sociologue et psychologue

Gustave Le Bon voit le jour le 7 mai 1841 à Nogent-le-Rotrou.C’ est un psychologue social, sociologue et scientifique amateur français.

Polygraphe, il est l’auteur de nombreux ouvrages dans lesquels il aborde le désordre comportemental et la psychologie des foules. S’inscrivant dans une idéologie clairement raciste, il soutint sans équivoque la théorie d’une hiérarchisation des groupes ethniques humains (qualifiés de races) et de la supériorité de l’homme occidental.

Son père est conservateur des hypothèques. Il fait ses études au lycée de Tours, puis à la faculté de médecine à Paris, où il obtient le titre de docteur en médecine en 1866 (la récente biographie de Benoît Marpeau nie cependant l’obtention de ce titre).

Il parcourt l’Europe, l’Asie et l’Afrique du Nord entre les années 1860 et 1880. Il écrit des récits de voyage, des ouvrages d’archéologie et d’anthropologie sur les civilisations de l’Orient. Son premier grand succès de librairie est cependant la publication en 1894 des Lois psychologiques de l’évolution des peuples, qui s’inscrit dans les préjugés de son temps mais leur apporte la caution d’une méthode prétendument scientifique. L’année suivante, il écrit Psychologie des foules, son ouvrage le plus célèbre, édité encore de nos jours.

Le Bon participe par la suite activement à la vie intellectuelle française. En 1902, il lance une série de « déjeuners du mercredi » auxquels sont conviés des personnalités telles que Henri et Raymond Poincaré, Paul Valéry, Emile Picard et Henri Bergson.

Les idées contenues dans Psychologie des foules jouèrent un rôle important au début du XXe siècle. Ainsi, l’ouvrage de Sigmund Freud, Psychologie collective et analyse du moi, paru en 1921, s’appuie sur une lecture critique de l’œuvre de Le Bon.

Le Bon fut l’un des plus grands vulgarisateurs des théories de l’inconscient à un moment où se formaient les nouvelles théories de l’action. Ses idées sur la psychologie des foules auraient ainsi influencé les théories totalitaires apparues dans les années 1920. Le Mein Kampf d’Adolf Hitler, de même que les méthodes staliniennes de mobilisation des masses, peuvent être considérés comme inspirés par les techniques de propagande analysées dans l’ouvrage de Gustave Le Bon. De fait, Le Bon n’a fait qu’analyser ces phénomènes, qui peuvent servir tout aussi bien à la manipulation idéologique des foules qu’à la prise de conscience des risques de manipulation.

Ses travaux sur la psychologie des foules furent utilisés dans la première moitié du XXe siècle par des chercheurs en sociologie des média tels que Hadly Cantril ou Herbert Blumer pour décrire les réactions des groupes face aux média.

Le Bon contribua aussi aux débats sur la nature de la matière et de l’énergie. Son livre L’Évolution de la matière, réédité une douzaine de fois, fut très populaire en France. Toutefois, certaines de ses idées, notamment sur la matière, qu’il décrit comme foncièrement instable et se transformant constamment et lentement en éther générateur de lumière, furent rejetées par les savants de l’époque, entre autres par Henri Poincaré et Jean Perrin.

En 1896, il rapporta avoir observé une nouvelle sorte de radiation qu’il appela « lumière noire » (notion différente de la lumière noire actuelle). Plus tard, on s’aperçut qu’elle n’existait pas.

Parmi les oeuvres de Le Bon citons : Voyage au mont Tatras Voyage au Népal, Les Premières Civilisations de l’Orient (1889) (Bibliothèque de l’Institut islamique de Dakar)L’Homme et les sociétés - Leurs origines et leur histoire Les Premières Civilisations de l’Orient, La Civilisation des Arabes (1884), Les Civilisations de l’Inde, Les Monuments de l’Inde, Lois psychologiques de l’évolution des peuples, Psychologie des foules (1895), Psychologie du socialisme, Psychologie de l’éducation, Psychologie politique, Les Opinions et les croyances, La Révolution française et la psychologie des révolutions etc...

Le Bon a participé à des recherches scientifiques : La Fumée du tabac, Recherches anatomiques et mathématiques sur les variations de volume du cerveau et sur leurs relations avec l’intelligence (1879), La Méthode graphique et les appareils enregistreurs, Les Levers photographiques, L’Équitation actuelle et ses principes. Recherches expérimentales...

Gustave Le Bon s’est éteint à Marnes la Coquette le 13 décembre 1931.Il repose dans la 89e division.

Crédit photos Annie_photos (APPL 2008)