Navigation







Mai 68 - Les années 70 - Extrème gauche

OVERNEY Pierre (1948-1972)

59eme division
lundi 12 mai 2008.
 

Militant maoïste

Né en 1948,Pierre Overney est un militant maoïste de la Gauche prolétarienne (GP) installée à Flins et Billancourt.

Il est licencié des entreprises Renault pour ces raisons et lors d’une action de la GP (distribution d’un tract intitulé On assassine à Paris, incitant les ouvriers à commémorer le massacre de Charonne de février 1962), il est tué par Jean-Antoine Tramoni, agent de sécurité de Renault, le 25 février 1972 à 14 h 30, devant les grilles de l’avenue Émile-Zola, alors qu’il cherchait à entrer dans l’usine avec un groupe de camarades.

L’événement eut lieu en présence de nombreuses personnes dont le journaliste Claude-François Jullien du Nouvel Observateur, venu accompagner les maoïstes dans leurs opérations. Un photographe de l’APL présent également prend des photographies dont celles de l’assassinat.

Qui était Pierre Overney ? Un jeune militant mao de la GP, un fils d’ouvriers agricoles, un « pauvre », mais pas un saint, tué le 25 février 1972 à Boulogne-Billancourt par un vigile de l’usine Renault. Ironie de l’histoire, au même moment, en Chine, Nixon trinquait avec Mao. Autre ironie, les obsèques publiques de l’ouvrier Overney furent autorisées par Raymond Marcellin, le ministre de l’Intérieur, pour isoler le Parti communiste (absent du défilé) et pourrir l’Union de la gauche.

Ses obsèques donnèrent lieu à un immense mouvement de foule, surmonté de drapeaux noirs et rouges.Plus de 200 000 personnes étaient présentes. L’an qui suivit, l’anniversaire de sa mort tragique donna lieu encore à un rassemblement important.

Durant des années, sa tombe fut veillée, entretenue et visitée régulièrement par des militants infatiguables, surveillant la moindre fleur déplacée...

Aujourd’hui, le temps a fait son oeuvre, et Pierre Overney a rejoint la cohorte des victimes presques oubliées, Nicolas Lallemand, Malek Oussekine etc.

L’assassin de Pierre Overney, Jean Antoine Tramoni, fut lui aussi tué... et oublié.