Navigation







Révolution et Empire

MORAND Charles Antoine, général comte (1771-1835)

39ème division (1ere ligne - Cénotaphe)
mardi 30 août 2005.
 

Général, comte de l’Empire

Charles Antoine Louis Alexis Morand est né le 4 juin 1771 à Largillat-Montbenoît.

Il fut colonel des chasseurs à pied de la Garde Impériale, général de division, aide de camp de l’Empereur Napoléon.

Il reçut la Grand croix de la Légion d’Honneur, fut Grand croix de l’ordre de la Réunion, Commandeur de la couronne de fer d’Italie et Commandeur de Saint-Henri de Saxe.

Il fut fait comte de l’Empire. Le 18 juin 1815, à la bataille de Waterloo, il commandait la 2ème demi-brigade composée des 1er et 2eme régiments de Chasseurs à pied de la Vieille Garde.

Il fut nommé Pair de France à la Restauration. Le général Morand meurt à Paris (6e), 63, rue des Saint-Pères, le 2 septembre 1835, à l’âge de 64 ans

Ses obsèques sont célébrées à l’église Saint- Germain-des-Près. Les cordons du poële sont tenus par le maréchal Molitor, le duc Decazes, le lieutenant général Haxo et Clément, questeur de la Chambre des députés.

Au cimetière du Père-Lachaise, les discours sont prononcés par les généraux Delort et Bernard, aides de camp de Louis-Philippe. Aujourd’hui, seul son coeur est ici (chapelle face à la 27e division, 1re ligne), ses restes et ceux de son épouse (1792-1868) ont été transférés à Montbenoît (Doubs), le 12 août 1885, par leurs descendants.

Dans ce même monument, se trouvent aussi les restes du général de brigade Louis Morand, officier d’ordonnance de Napoléon III (1826-1870, l’un des fils du général Charles Antoine Morand, et de son épouse, Marie-Louise Saulet.

Le général comte Charles Antoine Louis Morand et son épouse avaient eu douze enfants (dont cinq morts en bas âge). Plusieurs de leurs descendants ont été des officiers.

Sa chapelle dans la 39ème division, fut longtemps en état déplorable. Une restauration assez récente lui a redonné son aspect d’origine.

Sources : Charles Mulliè, Biographies des Gloires militaires de la France, Paris, 1852.

Marc Allégret,Revue du Souvenir Napoléonien n°462,Décembre 2005-janvier 2006.