Navigation







Architectes - Batisseurs - Entrepreneurs

LAPRADE Albert (1883-1978)

10eme division
mercredi 27 février 2008.
 

Architecte

Albert Laprade voit le jour à Buzançais le 29 novembre 1883 dans l’Indre. L’œuvre d’Albert Laprade témoigne de ses tiraillements entre un attrait pour des bâtiments aux lignes traditionnelles et une attirance pour l’avant-garde architecturale de son époque.

En 1907, il est diplômé par le gouvernement après des études à l’École nationale supérieure des beaux-arts dans l’atelier de Gaston Redon et d’Alfred Recoura. De 1915 à 1919, il est attaché à la résidence générale de France au Maroc, où il est l’adjoint de Henri Prost, l’urbaniste de Lyautey. Il participe à la construction de la ville indigène de Casablanca et est l’architecte de la Résidence générale de Rabat.

Il crée sa propre agence en 1920 et de 1932 à 1960, occupe le poste d’ architecte en chef des Bâtiments civils et palais nationaux. De 1932 à 1951, il est Inspecteur puis inspecteur général des Beaux-arts.

De 1942 à 1965, il est Chargé de la résorption de l’îlot insalubre n° 16 (dans les quartier Saint-Gervais et Saint-Paul, dans le IVe arrondissement de Paris), il y inaugura la pratique de curetage en cœur d’îlot, qui fut généralisée lors de la création des Secteurs sauvegardés, dont Laprade fut l’un des architectes pionniers (Sarlat).

1944 - 1958, il est Architecte en chef du ministère de la Reconstruction et de l’urbanisme (Nord) et architecte de la reconstruction du Mans. 1945 - 1965, il est Membre de la commission des sites de Paris. 1950 - 1962, il est Architecte conseil des établissements Schneider au Creusot. 1955 - 1970, il est chargé de la surveillance des abords de la Seine avec Claude Charpentier.

Il fut également membre fondateur du Groupement des architectes modernes présidé par Frantz Jourdain, de l’Union des artistes modernes, puis de l’Union internationale des architectes, et membre du comité de rédaction de la revue L’Architecture d’aujourd’hui.

Parmi ses réalisations, Il est l’auteur du Garage Citroën, rue Marbeuf à Paris (1929) mais il est surtout connu pour avoir conçu le Palais de la Porte-Dorée, actuel Musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie en 1931.

Il est également l’auteur de deux résidences de la Cité internationale universitaire de Paris : la Fondation Rosa Abreu de Grancher (1932) et la Résidence Lucien Paye (1949), l’annexe de la Préfecture de Police de Paris, boulevard Morland, ( 1955-1956), l’immeuble de la Compagnie parisienne d’électricité, 76, rue de Rennes.

Il a pour collaborateur au sein de son cabinet Léon Bazin, qui le seconde sur tous ses projets au cours des années 1930.

Il a également construit de nombreux ouvrages industriels comme le Barrage de Génissiat (1939-1941) ou la centrale de La Bathie (1960) ; il a participé à la réhabilitation du quartier du Marais à Paris.

Il a également publié des recueils de dessins :Architectures de France à travers les croquis d’Albert Laprade, Berger-Levrault, Architectures de la Méditerranée à travers les croquis d’Albert Laprade, Berger-Levrault, Les Rues de Paris à travers les croquis d’Albert Laprade, Berger-Levrault.

Albert Laprade est mort à Paris en 1978, il repose dans la 10e division.

Crédit photos : Annie_photos (APPL 2008)