Navigation







Ecrivain - Littérateurs - Journalistes

RUEFF Jacques (1896-1978]

10eme division
mercredi 27 février 2008.
 

Economiste et haut fonctionnaire

Jacques Rueff voit le jour le 23 août 1896 à Paris.

Il fait des études à l’École polytechnique (Promotion X1919S, destinée aux anciens combattants), où il fut l’élève d’un économiste qui eût une profonde influence sur lui : Clément Colson (1853-1939).

Durant les années 1920, il est chargé de mission auprès de Raymond Poincaré, président du Conseil et ministre des Finances en 1926, puis attaché financier à l’ambassade française de Londres.

Dans les années trente, il fait partie des économistes qui s’inquiètent des problèmes récurrents de la France dans le domaine de l’économie.

C’est en partie cela qui l’amènera à être membre du groupe x-Crise et à participer au colloque Walter Lippmann. Parallèlement sa carrière administrative est alors à son apogée, il sera directeur du mouvement général des fonds ( poste qui de nos jours correspond à directeur du Trésor) durant le Front populaire, puis sous-gouverneur de la Banque de France en 1939.

Après la seconde guerre mondiale durant laquelle il écrit l’Ordre social, il préside à partir de 1945 la conférence des réparations à Paris. Il sera également l’un des fondateurs de la Société du Mont Pèlerin en 1947. Dans les années 1950, il occupe plusieurs postes dans les instances européennes, à la Cour de justice de la Communauté européenne du charbon et de l’acier et à la Cour de Justice des Communautés européennes.

Après le retour du Général de Gaulle au pouvoir en 1958, il préside un Comité d’experts chargé d’étudier la façon d’assainir les finances publiques. Il s’agit d’assurer à la Cinquième République de bonnes bases économiques et financière. Cela conduit au « plan Rueff » parfois appelé « plan Pinay-Rueff » mis en œuvre par le ministre des Finances Antoine Pinay, De Gaulle étant Président du Conseil. Le franc va redevenir convertible, le contrôle des changes s’assouplir.

Préfigurant le Marché commun, alors en formation, Rueff recommande l’ouverture à la concurrence dans un second rapport qu’il rédige en collaboration avec Louis Armand, à la tête du comité Rueff-Armand. À sa publication en 1960, les journalistes dénomment « plan Rueff-Armand » ce document intitulé Rapport du Comité pour la suppression des obstacles à l’expansion économique.

Jacques Rueff est élu membre de l’Académie des sciences morales et politiques en 1944 et de l’Académie française en 1964.

Jacques Rueff s’est éteint le 23 avril 1978, il repose dans la 10e division.

Crédit photo : Annie_photo (APPL 2008)