Navigation







Révolution - Empire - Restauration

CAMBACERES Jean-Jacques Régis de (1753-1824)

39ème division (1ere ligne, O, 32)
samedi 10 septembre 2005.
 

Homme politique

Jean-Jacques Régis de Cambacérès est né à Montpellier le 18 octobre 1753. Il est le fils du maire de la ville Jean-Antoine de Cambacérès. Après des études de droit, il obtient sa licence à la Faculté de Montpellier et devient avocat. Il est initié franc-maçon dans la loge « Saint-Jean du secret » rattachée au rite anglais. Le 21 octobre 1772, il achète la charge de conseiller maire de la ville de Mirepoix, prenant en cela la suite de son père. En 1774, il devient conseiller à la Cour des comptes, Aides et Finances de Montpellier. Cette charge est dans sa famille depuis 1640.

En compagnie de son ami Jean-Antoine Chaptal, il entreprend un voyage à Paris de plusieurs semaines. Il rejoint la loge l’Ancienne et la Réunion des Elus, rattachée au Grand Orient de France. Il est élu député des loges Montpélliéraines à l’assemblée du G.O. En février 1789 il retourne à Paris pour obtenir une aide de son oncle, fait celui-ci refuse.

Le 31 mars 1789, il est élu second député de la noblesse pour les états généraux : un seul siège ayant été obtenu, il reste à Montpellier. Il est par contre élu à l’assemblée municipale de Montpellier, puis nommé président du tribunal criminel. En 1792, il est élu député à la Convention et au Comité de législation. En 1794, comme membre du comité de la guerre, il signe la destitution du Général Bonaparte.

Sépulture Cambacérès par Lassalle & Rousseau (1899)

Il est nommé ministre de la justice en 1799. La même année, il est nommé Second-consul après Bonaparte. C’est lui comme sénateur qui présente en premier à Napoléon « le sénatus consulte » créant l’empire Français.

En 1805, il est décoré du Grand Cordon de la Légion d’Honneur et du Grand-Aigle de l’Empire. Il est élu la même année Grand-Maître adjoint du Grand Orient de France.

Il est fait duc de Parme en 1808. En 1815, avec la chute de l’Empire, il perd toutes ses fonctions, s’exile en Belgique. En 1818, le roi Louis XVIII le nomme duc et le rétablit dans ses titres et biens.

Il meurt en 1824 à Paris et repose dans la 39e division..