Navigation







Monuments remarquables - Personnalités étrangères

TRUJILLO MOLINA Rafael Léonidas (1891-1961)

85eme division (transféré en Espagne en 2002)
lundi 4 février 2008.
 

Dictateur sanglant de la république dominicaine

Raphaël Léonidas Trujillo Molina voit le jour à San Cristobal en 1891.

Durant l’occupation américaine de la République Dominicaine (1916-1924), il partit aux Etats-Unis. Suivant là, un entraînement intensif dans la Garde Nationale.

En 1930, il accède au pouvoir en République Dominicaine grâce au soutien des Etats-Unis, suite au renversement du président en exercice, Horacio Vasquèz.

Il régna d’une main de fer jusqu’en 1961, sur la République Dominicaine. Tyran sanguinaire, se furent ses propres hommes qui mirent fin à ses jours le 30 mai 1961. Sa voiture tomba dans une embuscade.

Pendant toute la période où il fut au pouvoir, il vécut dans la démesure, faisant élever des monuments pharaoniques et dilapidant des sommes considérables pour son profit.

Sa dépouille subit un sort pour le moins cruel. Il fut démembré, dépecé, sa tête promenée au bout d’une perche dans les rues de Saint-Domingue. Une partie aurait même été jetée à la mer. Malgré tout cela, le fils du dictateur, exilé en Espagne, affirme que son père repose bien au cimetière du Père Lachaise.

Quoi qu’il en soit, la sépulture officielle de Trujillo se trouvait bien au Père Lachaise dans la 85eme division.

Ce monument, presque oublié, ne manque pourtant pas de qualités. Ornés de plusieurs vitraux de facture originale, il est en mauvais état servant de refuge aux corbeaux et autres hôtes à plumes et à poils du cimetière.

Les restes du dictateur sont été exhumés en 2002, il repose désormais en Espagne dans le cimetière de Mingorrubio. (source : B. Beyen, Guide des Tombes d’hommes célèbres. Paris 2008.)

Le cimetière de Mingorrubio ou cimetière du Pardo est un cimetière situé dans le district de Fuencarral-El Pardo à Madrid, capitale de l’Espagne.

Il contient les sépultures de plusieurs personnalités liées au franquisme, Franco lui-même depuis le 24 octobre 2019, son épouse Carmen Polo ainsi que les anciens présidents du gouvernement Luis Carrero Blanco et Carlos Arias Navarro.

On y trouve également la tombe du dictateur dominicain Rafael Trujillo.

(Mise au jour APPL 2019)