Navigation







Révolution et Empire

PERCY Pierre-François baron, (1754-1825)

18eme division (1ere ligne, U, 23)
mardi 18 octobre 2005.
 

Chirurgien de la Grande Armée

Pierre François Percy est né à Montagney dans la Haute-Saône, le 28 octobre 1757. Fils de chirurgien, il fait ses études à Paris, sous le règne de Louis XVI. En 1775, il est reçu docteur en médecine à la faculté de Besançon.

L’année suivante, il fait son service militaire et obtient son brevet de chirurgien. Il devient chirurgien au régiment de Berry-cavalerie en 1782. Il est chirurgien en chef des armées révolutionnaires. Desservit par un caractère ombrageux, il ne peut réaliser ses projets. Il se fait d’innombrables ennemis qui ne cessent de lui mettre des bâtons dans les roues.

Tout comme Dominique Larrey, Percy cherche à prodiguer très rapidement des soins aux blessés, pour cela, il a l’idée d‘un corps de chirurgie mobile. Il met au point un système de charrettes avec table d’opération, munies de rideaux, secondées par un corps de soldats infirmiers emmenant rapidement les chirurgiens sur le champ de bataille.

Ce projet est rejeté par l’administration. Il propose alors la création d’un corps indépendant de chirurgiens des armées, d’une compagnie d’infirmiers et d’un bataillon d’équipage militaire d’ambulances. Le corps d’infirmiers ne sera créé qu’en1809, puis en 1813 celle des brancardiers militaires, leur shako faisant office de trousse de première urgence. Seul le principe des Bataillons d’ambulance est admis.

Percy est le premier a concevoir l’idée des sociétés de secours type Croix-Rouge et du principe de la Convention de Genève. En 1803, il est inspecteur général du service de santé des armées. C’est au poste de chirurgien en chef de la Grande Armée qu’il se retrouve au camp de Boulogne.

Pendant les campagnes du Danube (1805-1809), de Pologne (1806-1807) et d’Espagne (1808-1809) Percy est chirurgien à Austerlitz, à Iéna, à Eylau, à Friedland. En 1807, il est membre de l’institut, il entre à l’Académie des Sciences.

Percy, contrairement à Larrey, tente d’éviter au maximum l’amputation. Après Wagram, il est fait baron de l’Empire. A partir de 1809, Percy victime d’ophtalmie et gêné par son âge, assurera seul les services d’inspection de Paris. Il se consacre à l’enseignement à la Faculté de Médecine de Paris. En 1814, le 1er avril, il sauve 12 000 blessés russes et prussiens en réquisitionnant les abattoirs de Paris.

Il les transforme en hôpitaux. Pendant les Cent-Jours, il est élu à la chambre des représentants pour cela Percy est mis à la retraite lors de la seconde restauration en 1815, ainsi que pour ses prises de position en faveur des blessés des armées impériales. Mais, une ordonnance royale en date du 27 décembre 1820, le nomme membre honoraire de la section de chirurgie de l’Académie de Médecine. C’est vers 1820 que Percy inventa les fils de sutures métalliques. Il meurt à Paris le 10 février 1825. Il a donné son nom à un hôpital militaire renommé.

Son tombeau porte l’inscription :

"Il fut le père des Chirurgiens militaires"