Navigation







Révolution - Empire - Restauration - Monarchie de juillet

MENARD Xavier de (1756-1831)

28eme division
dimanche 9 décembre 2007.
 

Lieutenant-général

Jean François Xavier DE MÉNARD voit le jour à Sumène dans le Gard en 1756.

Il commence sa carrière comme Sous-lieutenant surnuméraire et sans appointements au régiment de Savoie-Carignan, le 7 novembre 1775, il est promu sous-lieutenant appointé, le 2 juin 1777, il quitta le service comme lieutenant, le 1er septembre 1777, et se retira à Sumène.

Il s’engage comme Capitaine dans les volontaires de Luxembourg, au service de la Hollande,le 25 avril 1782, il rentra dans ses foyers.

Il fut élu administrateur du département du Gard par 347 voix sur 397 votants, le 4 juin 1790, il fut élu député du Gard à l’Assemblée Législative, par 353 voix sur 423 votants, le 3e sur 8, le 8 septembre 1791, il est versé comme capitaine au 78e d’infanterie, le 12 janvier 1792.

il est ensuite employé à l’armée du Nord,puis aide de camp du général Desclozeaux, le 16 juin 1793, commandant temporaire à Angers, le 24 juillet 1793 jusqu’à mars 1794, il repoussa l’attaque des Vendéens le 4 décembre 1793.

il est nommé Commandant l’Arsenal de Paris, 24 juin 1795, chef d’état-major provisoire de la 17e division militaire à Paris, le 24 juillet 1799, adjudant-général chef de brigade, le 30 juillet 1799, employé à l’armée d’italie, le 24 septembre, employé de nouveau à la 17e division militaire, le 2 janvier 1800, aide de camp de Mortier le 21 novembre.

il est nommé préfet de la Manche, le 8 février 1801 et adjudant-commandant, le 3 août 1801.

Lors de la repression de la révolte des esclaves en 1802, il est Chef d’état-major de Richepance à la Guadeloupe, le 3 avril 1802.

Il revint en France, le 9 septembre.Il est promu général de brigade, le 10 août 1802, puis employé au camp de Brest, le 12 mars 1804, division Maurice Mathieu à la même date.

Il est Chef d’état-major du 2e Corps de réserve à la Grande Armée, le 25 septembre 1805, commandant le quartier général de la Grande Armée, le 7 octobre 1806, commandant à Kustrin, le 2 novembre 1806 jusqu’au 26 janvier 1807.

Il est nommé Commandant le contingent badois sous Lefebvre à la Grande Armée, le 23 janvier 1807, il repoussa un détachement de la garnison prussienne de Dantzig à Dirschau vers le 15 février, s’empara de Dirschau, le 23 février, prit part, sous Gardanne, au siège de Dantzig, occupa le faubourg de Schidlitz, le 16 mars, blessé dans une sortie de la garnison de Dantzig, le 26 avril 1807, il est nommé commandant de la place de Dantzig, le 27 mai.

Le général était Commandeur de l’ordre militaire de Bade, (29 février 1808)il quitta son commandement, le 17 mars 1809.IL est commandant de la citadelle de Wurzbourg, en mai 1809, commandant la 1ere brigade de la 1ere division du 8e Corps en Allemagne, à la place de Lameth, le 22 août, il passe à l’armée d’Espagne avec sa division, le 1er décembre, commandant la 1ère brigade de la 1ère division (Clauzel) du 8e Corps sous Junot, le 14 décembre, à l’armée de Portugal, le 1er mai 1810, il est blessé à la jambe à l’attaque de Sobral, le 12 octobre.

Il est mis en disponibilité le 29 février 1812 . Reprenant du service actif, il est chef d’état-major du 11e Corps, sous Augereau, en Allemagne, le 4 août. Il cessa ses fonctions le 17 février 1813.

Il se retrouve Chef d’état-major du gouvernement de Francfort, le 12 avril, sous-chef d’état-major du 15e Corps de la Grande Armée, le 3 juin, puis du corps d’observation de Bavière, chef d’état-major d’Augereau an 16e Corps de la Grande Armée au 15 août 1813, blessé sérieusement à Leipzig, le 16 octobre 1813.

Il est ensuite Commandant la 4e division de l’armée de réserve des Pyrénées, le 13 décembre, il organisa à Nîmes une brigade de 5 bataillons de ligne qu’on mit sous les ordres du général Bardet, en janvier 1814.

Il est Commandant le Gard, le 30 juin 1814, puis mis à la disposition du général commandant la 9e division militaire, 20 juillet.

le général Ménard était : chevalier de Saint-Louis, (29 juillet 1814) Il fut mis en non-activité, le 4 février 1815, mais chargé de l’organisation des volontaires royaux dans le département de Seine-et-Marne, le 16 mars.

Il est Commandant la subdivision de l’Aude aux Cent-Jours, du 15 avril au 21 juin 1815, puis mis à la retraite sur sa demande, le 4 septembre 1815. Il se retira à Sumène, puis à Paris.

Il est nommé lieutenant-général honoraire, le 8 mars 1818, placé comme maréchal de camp dans le cadre de réserve de l’état-major général, le 22 mars 1831. Promu Grand Officier de la Légion d’honneur, le 1er mai 1831.

Il décéde le 19 juin 1831 à Villiers le Bel. Il repose dans la 28e division. il repose avec son épouse née Eulalie Catherine de Boisserolle (1752-1843). Leur sépulture fut restaurée en l’an 2000, par les soins du Souvenir Français et de l’ACMN (Association pour la Conservation des Monuments Napoléoniens).

Sources : Biographies des gloires militaires de la France, Charles Mulliè, Paris, 1851. Et divers.