Navigation







Médecins - Chirurgiens - Hommes de l’Art

RICORD Philippe (1800-1889)

54eme division (1ere division, U, 10)
samedi 8 décembre 2007.
 

Chirurgien en chef

Ricord Philippe naquit à Baltimore (E.U) en 1800.

Il commença ses études médicales outre-atlantique et les poursuivit à Paris, où il fut attaché au Val-de Grâce, à l’Hôtel-Dieu, à la Pitié.

Docteur en Médecine en 1826, il exercera un an à la campagne avant d’entrer au Bureau central puis deviendra chirurgien en chef de L’Hôpital du Midi en 1831. Il sera président de l’Académie ce médecine.

Se consacrant désormais aux maladies vénériennes, il sera professeur de Clinique Médicale à partir de 1834. Il accumulera très vite richesse, honneurs et distinctions.

Ses Successeurs l’accuseront de s’être souvent trompé : d’avoir nié la contagion des plaques muqueuses, de ne pas avoir fait la différence entre chancre simple et chancre induré, d’avoir considéré la blennorragie comme une inflammation banale, susceptible d’être donnée par une femme saine.

Son oeuvre restera cependant essentielle pour la sortie des maladies vénériennes du chaos où elle se trouvaient. « Il faut en finir, disait-il, avec cette unité factice des maladies vénériennes et syphilitiques »

Philippe Ricord s’est éteint à Paris en 1889. Il repose dans la 54e division. sa sépulture est ornée d’un buste en bronze par Doublemard.

***

Inscriptions :

Aux portes de l’éternité

Quand j’aurai fini ma carrière

S’il me reste un peu de poussière

De cette triste humanité

Que le tombeau seul s’en empare

Et que de mon âme il sépare

Cette cause de nos couleurs

Car l’âme pur et sans matière

Doit être un rayon de lumière

Que ne troubleront plus les pleurs.

. Dr Philippe Ricord

Sources : Image et texte extraits de l’Agenda 1992, Pfizer, Edition de Louis Pariente.

Illustrations : Caricature du Dr Philippe Ricord, couverture de La Lune, du 20 Octobre 1867, par Gill.

P. Ricord, les maladies vénériennes Paris.

Crédit photos : Annie_photos (APPL 2008)