Navigation







Révolution et Empire

LAURISTON Jacques Law, comte de, maréchal de france (1768-1828)

14ème division
mardi 30 août 2005.
 

Maréchal de France

Jacques Alexandre Bernard Law de Lauriston, né à Pondichéry le 1er février 1768 a pour père un officier général (il est le neveu du banqueroutier de la Régence).

En 1784, il effectue ses études à l’école militaire de Paris.

Il en sort le 1er septembre 1785 et rejoint le régiment d’artillerie de Toul avec le grade de lieutenant en second. Il se rallie aux idées de la Révolution et sert à l’armée du Nord avec le grade de capitaine en 1792. Il se distingue au siège de Maastricht en 1795. Il passe ensuite à l’armée de Moselle, puis à celle de Sambre et Meuse avec les fonctions d’aide de camp. Il est promu chef de brigade en février 1795. Il démissionne l’année suivante. C’est en 1800 qu’il réintègre l’armée et devient aide de camp du Premier Consul.

Il sert à Marengo. Il est chargé en 18O1 de porter à Londres les textes des préliminaires de paix avec l’Angleterre. Il est promu général de brigade en 1802. Il commande l’artillerie à Plaisance. En 1805, il est général de division, il est de l’expédition de l’amiral Villeneuve. C’est lui qui s’empare du fort diamant à la Martinique. Il est promu aide de camp de l’Empereur à la Grande Armée en 1805.

Lauriston est commissaire impérial en Dalmatie. Nommé gouverneur de Raguse, et en 1807, gouverneur de Venise, il est fait comte de l’Empire en 1808 et envoyé en Espagne, où il commande l’artillerie de la Garde Impériale. Il est rappelé l’année suivante en France pour participer à la campagne d’Autriche. Il s’illustre en prenant le col de Semmering.

Il passe ensuite en Italie où il participe au siège de Raab. Il commande une batterie de cent pièces à la bataille de Wagram ce qui contribue et décide de la victoire. Il entame ensuite une carrière diplomatique. C’est lui qui accompagne la future Impératrice Marie-Louise de Vienne en France. En 1811, il remplace Caulaincourt au poste d’ambassadeur en Russie. Le 16 août 1812, il rentre en France et reprend ses fonctions d’aide de camp de Napoléon.

C’est lui qu’envoie l’Empereur au tsar Alexandre Ier pour négocier la paix, mais sa mission échoue, ne parvenant pas à passer les avants postes. Il est de toutes les batailles de la campagne de 1813 : il est battu à Goldberg et capturé à Lepzig. Il revient en France en 1814, et devient aide de camp du comte d’Artois.

Pendant les Cent Jours, il suit Louis XVIII jusqu’à Béthune. Il se retire sur ses terres ensuite. Il est fait Pair de France sous la seconde restauration. Il vote la mort du maréchal Ney. En 1817, il est ministre de la maison du Roi et marquis. En juin 1823, il est promu maréchal de France. Il participe à l’expédition d’Espagne où il s’empare de Pampelune.

Il meurt à Paris, d’une attaque d’apoplexie foudroyante, le 10 juin 1828.