Navigation







Révolution et Empire

REILLE Honoré, maréchal de France (1775-1860)

28eme division
mardi 18 octobre 2005.
 

Maréchal de France

Honoré Reille est l’un des soldats découvert trop tard par Napoléon. Un chef militaire hors pair qui connaît une carrière fulgurante en restant fidèle à son premier chef.

Né à Antibes en 1775 le 1er septembre, dans une famille bourgeoise, il entre dans la carrière militaire en s’engageant en 1789 comme volontaire dans la Garde Nationale d’Antibes, Reille n’est âgé alors que de quatorze ans. Il est nommé porte-drapeau en 1791. Il est sous-lieutenant du 2eme bataillon des volontaires nationaux du Var. Il sert à l’armée des Ardennes en 1792 et est rapidement élu lieutenant.

Reille devient aide de camp de Masséna. Il combat à ses côtés au siège de Toulon en 1793 et il le suit ensuite en Italie. Il fait preuve de bravoure à Montenotte, Dégo, Lodi, Arcole et à Rivoli.

En mai 1796, Bonaparte le nomme capitaine, puis en 1797, chef d’escadron du 15eme dragons. En 1799, Reille est colonel à l’armée d’Helvétie sous les ordres de Masséna, il s’illustre à Zurich, les 25 et 26 septembre 1799. Il parvient, en 1800, à entrer dans Gênes assiégée pour porter à Masséna les ordres de Bonaparte, premier consul. Promu général de brigade en 1803, il sert de 1805 à 1807 à la Grande Armée. Après Iéna et Pultusk, Reille est promu général de division, le 26 décembre 1806.

Devenu chef d’état-major de Masséna, puis aide de camp de Napoléon, Reille combat à Friedland. Il est sur tous les fronts. Il est fait comte de l’Empire en juin 1808 et envoyé en Espagne. Il s’empare de Gérone et Rosas, avant d’être rappelé par l’Empereur pour être son aide de camp attitré au cours de la campagne contre l’Autriche, en 1809.

Il est de toutes les grandes batailles de l’Empire, à Essling, et à la tête des fusiliers tirailleurs de la Garde à Wagram. En 1810, Reille est gouverneur de Navarre puis d’Aragon. En octobre 1812, il remplace Masséna au commandement de l’armée de Portugal. Puis, il dirige l’aile droite de l’armée à la bataille de Vitoria le 28 juin 1813.

Il fait retraite vers la France et défend Bayonne, puis Tarbes et enfin Toulouse. Le 10 avril 1814, il est sous les ordres de Soult.

Pendant les Cent-Jours, Reille commande le 2eme corps d’armée de Belgique, le 15 juin, il combat au Pont, aux Quatre-Bras sous les ordres Ney le 16 juin. Enfin à Waterloo le 18, devant le château d’Hougoumont avant de se retirer au sud de la Loire.

Il devient Pair de France en 1819 et en 1820, gentilhomme de la chambre du Roi. Reille est promu maréchal de France en 1847 et sénateur en 1852. Il meurt à Paris le 4 mars 1860. Selon ses vœux, il est inhumé dans le caveau de Masséna.

Il était l’époux de Victoire Thècle Masséna (1794-1857),fille du maréchal André Masséna.

De cette union, naquirent 4 fils, dont l’un René Reille (1835-1898) se maria avec Geneviève Soult de Dalmatie (1844-1910), fille de Napoléon-Hector Soult de Dalmatie et petite-fille du maréchal Soult, et un autre, Gustave-Charles-Prosper Reille (1818-1895), qui lui se maria avec sa cousine germaine Françoise Anne Masséna (1824-1902), fille de François Victor Masséna (1799-1863).

Sources : Wikipédia et divers.

Photos : APPL 2016 et divers.

(APPL 2016)