Navigation







Révolution - Empire - Restauration - Monarchie de juillet

ROY Antoine, comte (1746-1847)

37eme division (1ere ligne, S, 34)
samedi 24 novembre 2007.
 

Homme politique et financier

Antoine ROY voit le jour à Savigny dans la Haute Marne, le 5 mars 1764. C’est un homme politique et un financier français.

Ministre des Finances du 8 décembre 1818 au 29 décembre 1818, du 19 novembre 1819 au 14 décembre 1821, du 4 janvier 1828 au 9 août 1829.

Reçu avocat en 1785, ROY exerça à Paris pendant une dizaine d’années, sans prendre part à la Révolution qu’il désapprouvait, mais acquérant des biens nationaux dès 1791. A partir de 1792, il défendit plusieurs accusés royalistes ou agents de l’Ancien Régime.

Associé à CAROILLON-DESTILLERES dans l’exploitation des forêts et des établissements sidérurgiques considérables, il était sous la Révolution et l’Empire l’un des principaux fournisseurs des ministères de la Guerre et de la Marine, ce qui le mit à l’abri des rigueurs auxquelles ses sympathies royalistes auraient pu l’exposer.

La carrière politique de ROY commença aux Cent Jours : élu représentant le la Seine le 7 mai 1815, il se signala par son opposition à l’empereur, contestant la nécessité de la guerre et cherchant à priver l’armée d’approvisionnements. Au second retour des BOURBONS, il se présenta à la cour et y fut reçu comme une victime du despotisme impérial.

Réélu député en août 1815 puis en 1816 et 1817, il vota le plus souvent avec la minorité libérale et les doctrinaires. Rapporteur du budget de 1817 et 1818, il proposa de nombreuses réductions et fut appelé au ministère des Finances par le duc de RICHELIEU à la chute de CORVETTO.

ROY fut trois fois ministre des Finances entre 1818 et 1829. Il nous a laissé plusieurs écrits comme « conseil des créanciers des ci-devant fermiers généraux et des intéressés à la liquidation des créances de la République », l’avocat Antoine ROY a publié des « Réclamations » (en huit numéros, dont la B.N.F. ne possède que les sept premiers, 8-Lb41-1927).

Après la Révolution de 1830, ROY se rallia à la monarchie de Juillet et siégea jusqu’à sa mort à la Chambre des pairs, intervenant dans les débats financiers ou budgétaires. Il fut en particulier l’adversaire vigilant de la conversion du 5%, obtenant le rejet de la proposition chaque fois qu’elle était discutée par la Chambre haute.

Le comte Antoine Roy s’est éteint à Paris (IIe arrondt ancien) le 3 avril 1847. Il repose dans la 37e division.