Navigation







Révolution - Empire - Restauration - Monarchie de juillet

FRANCAIS DE NANTES Antoine, comte (1756-1836)

6eme division (2e ligne, X, 27)
mercredi 21 novembre 2007.
 

Homme d’état

Le comte Antoine Français, dit de Nantes est un haut fonctionnaire français qui voit le jour à Beaurepaire dans l’Isère, le 17 avril 1756.

Il occupe le poste de Directeur des douanes à Nantes lorsqu’il fut élu en 1791 à l’Assemblée législative par le département de la Loire-Inférieure, Français de Nantes se signala par de violentes attaques contre la ferme générale, le pape et les prêtres. Il ne fut pas réélu à la Convention.

Sous la Terreur, il fut poursuivi comme Girondin et dut se cacher dans les Alpes. En 1798, il fut élu au Conseil des Cinq-Cents par le département de l’Isère et devint l’un des secrétaires de cette assemblée. L’année suivante, il vota contre le Directoire.

Sous le Consulat, il fut nommé préfet de la Charente-Inférieure après le 18 brumaire, puis fut nommé conseiller d’État. Il fit partie de la Section de l’Intérieur du Conseil d’État. En 1804, il fut nommé directeur général des droits réunis (contributions indirectes). Il fut fait comte de l’Empire et élevé à la dignité de Grand Officier de la Légion d’honneur.

En 1814, il se retira de la vie publique mais, de 1819 à 1822, il représenta le département de l’Isère à la chambre des députés et, sous la monarchie de Juillet, il fut fait pair de France.

Le nom de Français de Nantes est davantage connu par les éloges que lui ont adressés les hommes de lettres qu’il a protégés et secourus que par ses œuvres personnelles, qui sont pourtant nombreuses. On peut citer : Le Manuscrit de feu M. Jérome (1825) ; Recueil de fadaises composé sur la montagne à l’usage des habitants de la plaine (1826) ; Voyage dans la vallée des originaux (1828) ; Tableau de la vie rurale, ou l’agriculture enseignée d’une manière dramatique (1829).

Il a habité de 1827 à 1832 un hôtel particulier rue d’Antin, où il recevait notamment le général Merlin, Joseph Droz, Pierre-François Tissot, Charles-François Lebrun, Casimir Delavigne.

Vers la fin de sa vie il s’occupa surtout d’agriculture. Pendant qu’il était directeur des Droits réunis, Français de Nantes recueillit dans ses bureaux beaucoup de gens de lettres que la Révolution française avait atteints.

Français de Nantes s’est éteint à Paris le 7 mars 1836. Il repose dans la 6e division.

Sources : Archives de l’Isère - Wikipédia et divers

Photo : Thierry Engels (APPL 2016)

Antoine Français de Nantes, portrait par Jacques-Louis David, 1811. Paris, Musée Jacquemart-André.