Navigation







Dépot d’une plaque hommage à Georges Marchais

hommage à une personnalité oubliée (97e division)
vendredi 16 novembre 2007.
 

Communiste pur et dur pour les uns, fossoyeur du parti pour les autres, la figure de Georges Marchais ne laisse personne indiffèrent. Celui qui fit les beaux soirs des débats politiques à la télévision, mérite, ne serait-ce que pour cela, un instant d’attention.

R. D.F

Des nostalgiques veulent sortir Georges Marchais de l’oubli

Il y aura dix ans, vendredi 16 novembre, que Georges Marchais est mort. L’ancien secrétaire général du Parti communiste (1972-1994) a autant disparu que ces apparatchiks dont on effaçait la silhouette sur les photos officielles, à Moscou, une fois qu’ils avaient cessé de plaire. Aucune ville communiste du Val-de-Marne n’a donné son nom à une rue. Champigny, où il habita dans un modeste pavillon, et Villejuif, dont il fut le député de 1973 à 1997, l’ont ignoré.

En rupture avec le PCF, certains de ses anciens camarades, réunis au sein de Combat communiste, s’efforcent de perpétuer sa mémoire, afin de ne pas laisser "l’ennemi de classe jeter sur Georges Marchais le manteau de l’oubli".

Dans une lettre adressée à la secrétaire nationale du PCF, Marie-George Buffet, ils jugent "nécessaire qu’une stèle à son nom figure au cimetière du Père-Lachaise auprès de celles des dirigeants du PCF Maurice Thorez, Waldeck Rochet, Jacques Duclos", qui sont enterrés dans le cimetière parisien, au carré du Parti communiste. Georges Marchais avait demandé à être inhumé à Champigny.

La persévérance de cette poignée de nostalgiques a payé. Vendredi, la direction nationale du PCF déposera des fleurs sur sa tombe et un hommage lui sera rendu au comité central. Le lendemain, une plaque sera apposée sur le mur des Fédérés, au Père-Lachaise. Liliane Marchais assistera aux cérémonies avec sa famille. La mairie de Champigny dit réfléchir à une initiative.

Contrairement à ce qu’indique cet article, la plaque hommage à Georges Marchais, n’est pas apposée sur le mur des fédérés, mais posée sur la sépulture destinée aux membres du Comité National du Parti Communiste Français dans la 97e division.

Sources : Francis Gouge-LE MONDE Article paru dans l’édition du 16.11.07. et divers APPL 2007.

Crédit photos : Régis_Forrestier (APPL 29/11/2007)