Navigation







Seconde Guerre Mondiale - Résistance

LOSSERAND Raymond (1903-1942)

97eme division
dimanche 22 juillet 2007.
 

Syndicaliste et Grande figure de la Résistance

Raymond Losserand voit le jour en 1903.

Il devient artisan fourreur à partir de ses dix huit ans. Artisan, travailleur indépendant, il se sent immédiatement solidaire des ouvriers fourreurs qui sont à la tâche dans différents ateliers. Sa solidarité conduit le petit patron qu’il est à adhérer à la chambre syndicale des fourreurs. Désireux de dépasser la lutte syndicale, il adhère au PCF en 1931.

Il a 28 ans. Militant actif, bon orateur avec de grandes qualités d’organisation, c’est tout naturellement qu’il devient Secrétaire de la Section du XIVème Arrondissement. Il est élu Conseiller d’Arrondissement lors du départ de Marcel Paul, qui a choisi de se consacrer pleinement à l’activité syndicale.

A la déclaration de guerre, il rejoint l’affectation qui lui est assignée par son ordre de mobilisation. C’est pendant qu’il est sous les drapeaux que la préfecture de Paris le déchoit de son mandat municipal le 21 Mai 1940.

L’armée française est en déroute. Des milliers de soldats sont fait prisonniers et emmenés en Allemagne. Raymond Losserand réussit à s’évader en Juillet 1940. Il sait que le combat va continuer. Rentré à Paris, il retrouve le Parti Communiste, désormais clandestin. Nommé chef de l’Organisation Spéciale (OS) puis Commandant des Francs-Tireurs et Partisans Français (FTP-F)il multiplie les actes de sabotages qui portent des coups à l’occupant nazi. La lutte est ardente et la répression féroce. Il ne peut échapper à un traquenard. Arrêté le 16 Mai 1942, la police française s’acharne contre lui. Raymond Losserand subit sous la torture plus de cinquante interrogatoires.

A bout de patience, ses bourreaux le remettent à la Gestapo. Jugé le 1er Septembre au terme d’un procès expéditif, il est fusillé le 21 Octobre 1942 au stand de tir d’Issy-les-Moulineaux.

Son épouse Louise est arrêtée, conduite au fort de Romainville le 24 Janvier 1943, embarquée par les Allemands avec 230 autres résistantes dans des wagons à bestiaux,avec pour destination Auschwitz-Birkenau,de là, elle sera transférée à Ravensbrück avec le petit groupe de survivantes du convoi le 4 août 1944, puis elle fait partie du convoi du 2 mars 1945 pour Mauthausen. Le 22 avril 1945, le camp de Mauthausen est libéré, Louise est rapatriée par la Croix rouge via la Suisse.

Sources : d’après le livre d’Antoine Porcu "Héroiques, ils étaient communistes"

Sources : Charlotte Delbo "le convoi du 24 janvier" les Editions de Minuit, édition 1993, pages 187-188.

Un grand merci à Cécile Cousseau du Musée du Général Leclerc - Musée Jean Moulin, pour sa contribution à cette page...

Credit photo : R.Forrestier (APPL 2006)